fbpx

G5 Sahel : N’Djaména abrite la 2ème Conférence des Présidents du CIP G5 Sahel

N’Djaména, la capitale tchadienne, abrite depuis ce jeudi 21 juillet 2022, la Conférence des Présidents du Comité Interparlementaire G5 Sahel. Cette conférence est placée sous le thème : « Le rôle des parlements dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent au Sahel. » C’est l’hôtel Radisson Blu qui sert de cadre à cette rencontre.

La cérémonie d’ouverture a vu la présence de plusieurs personnalités, notamment du Président du Conseil National de Transition, Dr Haroun Kabadi, du Président de l’Assemblée Législative de Transition du Burkina Faso, du Président de l’Assemblée Nationale du Niger et du Ministre d’État Chargé de la RéconciliationNationale et du Dialogue, Acheikh Ibni Oumar.

Cette rencontre de deux (2) jours permettra aux parlementaires de l’espace G5 Sahel de réfléchir sur leur rôle dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent mais aussi sur la redinamisation du Comité Interparlementaire (CIP) G5 Sahel.

À cet effet, durant cette rencontre, les parlementaires vont procéder à l’examen des textes statutaires du CIP G5 Sahel afin d’améliorer le fonctionnement de cette institution pour l’adapter aux contingences de l’heure.

Le Président de l’Assemblée Législative du Burkina Faso, Aboubakar Toguyéni, a indiqué dans mot de circonstance que cette rencontre témoigne du rôle capitale que doivent jouer les parlementaires « dans cette quête de paix, de quiétude et de développement auxquels les populations dont nous sommes les représentants aspirent. »

Pour le Président de l’Assemblée Nationale du Niger, Séini Oumarou, il faut refonder le G5 Sahel pour raviver « l’immense espoir que sa création avait suscité » ; reprendre avec plus de vigueur la campagne de plaidoyer pour la couverture de ses besoins financiers et travailler à concrétiser toutes les promesses de soutiens qui avaient été formulées par les partenaires extérieurs.

Dans son discours d’ouverture, le Président du Conseil National de Transition, Général Mahamat Idriss Deby Itno, espère pour sa part que le Mali, « membre à part entière du G5 Sahel, après la levée des sanctions de la CEDEAO, retrouvera rapidement toute sa place au sein de notre organisation car son retrait présente des difficultés, des enjeux et des défis dans l’opérationnalisation, dans l’organisation et dans le fonctionnement de notre institution. »

« Nous pouvons tous encourager nos forces de défense et de sécurité à poursuivre sans relâche leur mission sacrée. Elles doivent continuer à traquer les terroristes et anéantir toute leur capacité de nuisances », exhorte Haroun Kabadi.

Il faut le rappeler, la création du CIP G5 Sahel répond à deux (2) préoccupations : l’implication des parlementaires dans les activités menées dans le cadre du G5 Sahel pour une meilleure prise en compte des besoins réels des populations des pays concernés et une plus grande transparence et une meilleure gouvernance de l’appui des partenaires techniques et financiers par un renforcement du contrôle parlementaire, etc.

Adam Ramadane Ibrahim

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.