fbpx

RCA : Mouvement massif des rebelles tchadiens vers Batangafo (Médias)

Selon un article publié par Corbeaunews Centrafrique (CNC), le vendredi 8 juillet 2022, une attaque imminente serait en cours. En effet, depuis plus d’un mois, une présence massive des combattants rebelles tchadiens est signalée dans la préfecture de l’Ouham-Fafa, plus précisément dans la localité de la ville de Batangafo, située à 386 kilomètres au nord de Bangui, à la proximité de la frontière avec le Tchad.

Dans un autre article sur CNC du 27 janvier 2022, il a été annoncé que les mercenaires russes de la société Wagner ont installé deux bases d’entraînement et de formation des rebelles tchadiens à l’extrême nord-Est de la République centrafricaine, plus précisément vers Amdafock, à proximité de la frontière avec le Soudan.

Pour ce journal l’objectif c’était de sauter par force le Président tchadien de transition Mahamat Idriss Deby.

Après les publications de ces articles, les rebelles ont changé de position. Ce n’est plus Amdafock, mais c’est dorénavant Batangafo que ces mêmes combattants rebelles tchadiens se sont installés avec la complicité des autorités centrafricaines.

Le service de renseignement tchadien serait au courant de cette présence massive des rebelles tchadiens en RCA.

Selon des enquêtes menées par une équipe de la rédaction du CNC, des Peuls soudanais sont largement recrutés, y compris des combattants rebelles de l’ex-coalition Séléka à cela s’ajoute des ressortissants tchadiens, ces rebelles sont actuellement en grand nombre.

Il vous souviendra, le mardi 7 juin dernier, le Ministère de la Défense et de la Reconstruction de l’armée avait publié un communiqué de presse précisant qu’un avion militaire de couleur grise foncée portant des munitions non identifiées avait survolé les positions des Forces armées Centrafricaines à basse altitude au niveau de la localité de Moyenne SIDO, dans la préfecture de l’Ouham-Fafa, non loin de la frontière avec le Tchad.

Toujours selon ce journal, le communiqué était finalement de la manipulation visant à tromper l’opinion nationale et internationale. C’était bel et bien un appareil militaire tchadien qui a survolé la zone.

L’objectif était de repérer ces rebelles tchadiens basés dans la localité. Mais la société russe Wagner, dans sa stratégie, avait poussé le gouvernement centrafricain à publier un communiqué biaisé et fantaisiste affirmant que l’avion transportait même des munitions de guerre, comme s’ils sont devenus Dieu pour savoir ce que l’avion, dans le ciel, avait transporté.

« Touadera n’a pas encore fini avec ces rebelles, il cherche à déstabiliser son géant voisin », déclare un professeur de sociologie à l’Université de Bangui.

Corbonews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.