fbpx

Tchad : Le président de l’UNJCP s’adresse au PCMT par une lettre ouverte

Message ouvert au Président du Conseil Militaire de transition, Président de la République, Chef de l’État, Général Mahamat Idriss Deby Itno.

Son Excellence, ça fait exactement14 mois et 10 jours que vous êtes à la tête de notre cher et beau pays le Tchad. Aux premières heures de la mise en place du Conseil Militaire de transition, les organisations des jeunes et de la société civile dont l’Union Nationale des jeunes Cadres pour la consultation et la Cohabitation Pacifique (UNJCP) sont sortis massivement pour vous témoigner de leurs attachements et soutiens. Ces différentes organisations des jeunes et de la société civile se sont publiquement positionnées derrière vous en appelant toute la classe politique tchadienne, les organisations de la société civile ainsi que les personnes ressources à enterrer la hache de guerre et à s’investir pour une transition apaisée.

À travers des conférences, des points de presse, des débats, des communiqués de presse, des marchés pacifiques et des sensibilisations physiques sur le terrain. Les leaders des organisations des jeunes et de la société civile qui ont contribué à l’apaisement du climat sociopolitique du pays. C’est à juste titre qu’en tant qu’organisations des jeunes et de la société civile, nous avons dit haut et fort Non à l’instrumentalisation des jeunes dans les marches des partis politiques tout en appelant ces derniers à apporter un soutien indéfectible au Président du Conseil Militaire de Transition que vous êtes. C’est ainsi que nos cris d’alerte ont trouvé échos auprès de la jeunesse tchadienne qui s’est, dès lors, résolument tournée derrière vous.

Les rapports d’activités des différentes organisations des jeunes et de la société civile favorables au CMT vous renseigneront davantage.

Malgré nos maigres moyens, nous nous sommes sacrifiés pour soutenir à nos risques et périls le Conseil Militaire de Transition et plus singulièrement vous Monsieur le Président de la République.

Comme vous le savez Monsieur le Président, nos organisations poursuivent toutes des buts non lucratifs. Nous proposons des services non marchands destinés à satisfaire l’ensemble de la population tchadienne.

Pour la plupart d’entre nous, depuis la création de nos organisations jusqu’à nos jours, nous n’avons pas bénéficié d’un accompagnement de l’État ou des partenaires. Nous n’avons même pas reçu des appuis financiers ni matériels. Nos projets ne sont même pas financés. Aucun regard attentif n’a été porté par l’État sur nos organisations. Nous avons toujours évolué avec nos moyens de bord jusqu’à aujourd’hui.

Monsieur le Président, toutes les actions que nous avons réalisées en votre faveur sont financées sur fonds propres des dites organisations.

Malheureusement, force est de constater que les personnes qui hier étaient contre le Conseil Militaire de Transition (CMT), qui souhaitaient le pire pour les Tchadiens sont aujourd’hui glorifiées et récompensées par les autorités militaires de transition. Elles ont gravi des échelons, eu des postes de responsabilité, bénéficié des moyens financiers, matériels, financement des projets autres avantages.

Pendant ce temps, les organisations des jeunes et de la société civile qui étaient en première ligne, qui appelaient à longueur de journée à soutenir corps et âme le CMT et son Président, sont abandonnées à leur triste sort. Ces jeunes et leaders de la société civile ont été sacrifiés au détriment des hommes politiques véreux, des activistes haineux sur les réseaux sociaux et des manipulateurs.

C’est la politique de deux poids deux mesures où c’est quoi Monsieur le Président ? Votre manière de faire risquerait de pousser la jeunesse à la révolte si rien n’est fait pour y remédier.

Monsieur le Président du Conseil Militaire de Transition, si nous osons aujourd’hui vous laisser ce message, c’est parce que nous nous sommes sentis trahis et choqués. Il est temps pour vous de prendre vos responsabilités et d’accorder une attention particulière à ceux des organisations des jeunes et de la société civile. Les organisations des jeunes et de la société civile ne méritent pas un tel traitement parce qu’elles sont attachées aux valeurs républicaines.

La jeunesse est le fer de lance d’une nation, a-t-on coutume de le dire. À la lumière de cette assertion, Monsieur le Président, permettez-moi de vous poser la question suivante avec humilité et respect : la gestion des institutions de l’État est-elle provisoire ?

Si non comment comprendre qu’on enfonce les leaders des organisations des jeunes et de la société civile qui ont contribué avec courage, force et amour à la consolidation d’un climat socialement apaisé en supportant toutes les injures et menaces dans leurs cœurs pour soutenir le CMT au détriment de ceux-là qui ont discrédité le pays hier et aujourd’hui CMT et qui sont sollicités, appuyés et responsabilités par le même CMT?

Excellence Monsieur le Président, pour terminer, nous tenons à vous signaler que si vous ne faites pas quelque chose pour redresser la barre, un jour vous risqueriez d’avoir tous les leaders des organisations des jeunes et de la société civile contre le CMT.

Aidez plutôt celui qui vous aide pour mieux avancer et attirer d’autres soutiens envers vous.

Merci de nous avoir écouté.

Cordialement !

Fait N’Djamena le 1er juillet 2022

Me SIDICK SOUGUI LONY, Président National de l’Union Nationale des Jeunes Cadres pour la Consultation et la Cohabitation Pacifique (UNJCP).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.