fbpx

Kouri Bougoudi : Pour que la terre aux cadavres oubliés s’oppose au drame

Kouri Bougoudi, située dans l’extrême nord à la frontière libyenne du pays est une zone aurifère où des milliers de jeunes se sont déplacés au fil des années à la recherche de l’or.

Cette zone jadis inhabitée, a au cours de 10 dernières années devenue un gagne pain pour des milliers des tchadiens de tout bord.

Au fil des années, l’Etat a créé des postes administratifs et militaires afin de contrôler la zone.

Plusieurs fois deguerpis, les orpailleurs n’ont cessé de tenter de revenir et recommencer l’exploitation de l’or au risque de tous les dangers, parfois avec la complicité des autorités militaires et administratives.

Dans la soirée du 23 au 24 mai, un des pires conflits a éclaté causant la mort des centaines de personnes. Un bilan exact qui ne peut être donné du moment où les sources se contredisent.

Les images, vocaux et vidéo circulant sur les réseaux sociaux penchent vers un conflits intercommunautaires.

Le premier couac du gouvernement vient du ministre délégué à la défense nationale le général Daoud Yaya qui a été dépêché sur place. En effet, ce dernier avant de faire tout bilan aux médias nationaux de la situation qui prévaut dans la zone, a jugé opportun d’accorder une interview à RFI où il déclare : « Les choses ont commencé entre deux individus, deux amis du même groupe, ce n’était pas un affrontement intercommunautaire comme les gens le disent ». Cette déclaration du ministre a surpris plus d’un tchadien étant donné que les informations circulant sur les réseaux sociaux vont à l’encontre de la version officielle.

Le plus abjecte était que ni la Présidence de la République, ni la primature ou encore le porte-parole du gouvernement n’étaient capable de donner un bilan exact.

Le président étant occupé avec le sommet de l’Union Africaine, le gouvernement n’a pas réussi à faire calmer les manifestants dans la capitale.

La situation à Kouri Bougoudi s’empire au à cause d’un management raté, malgré la présence des postes militaires sur place entraînant la mort de plusieurs jeunes.

Plus de 10 jours et le déplacement du chef de l’Etat n’aurait rien changé, le gouvernement évoque des orpailleurs illégaux et la fermeture du site mais sans un bilan sur les morts ou blessés et es coupables.

La communication gouvernementale concentre plus de temps sur le déplacement d’un Chef sur le terrain et ses instructions mais omet, les couacs qui ont conduit à ce drame. Il est plus une question d’économie et de recettes perdues pour le chef de l’Etat, blâmer les chefs traditionnels mais pas question de parler d’un conflit intercommunautaires qui aurait occasionné tout ces morts. Il est bon de savoir que le pays va accroître ses recettes grâce à cette manne mais l’opinion nationale a dans d’un premier temps besoin de savoir qu’est-ce qui s’est passé exactement sur le site de Kouri Bougoudi?

La réponse à cette question ne viendra sûrement pas de la presse officielle. Il serait préférable que le gouvernement fasse déplacer d’autres organes de presse afin que le peuple sache la vérité.

Toumaï Web Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.