fbpx

Crise au G5 Sahel: N’Djaména et Bamako privilégient le dialogue

Le ministre de la Communication reçu en audience par le Président de la Transition du Mali

Porteur d’un message du Président du Conseil Militaire de Transition, Général Mahamat Idriss Déby, le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, Abderaman Koulamallah, a été reçu en audience par le Président de Transition du Mali, le Colonel Assimi Goïta, ce 20 mai 2022.

Au sortir de l’audience, le ministre de la Communication du Tchad a affirmé que l’objectif de sa mission est de raffermir les relations entre le Tchad et le Mali. « Nous voulons que notre relation soit plus renforcée . Nous comprenons pourquoi le Mali se retire du G5 Sahel. Nous le déplorons. Nous aurons aimé qu’il est une autre solution mais nous n’avons pas de leçons à donner au Mali, à ses dirigeants et à son peuple. Cependant, nous voulons affirmer que le Tchad et le Mali sont liés par le sang et l’histoire. Nos soldats et enfants meurent au Mali. Nous sommes venus réaffirmer notre disponibilité à ne jamais lui tourner le dos. « 

Satisfait de cette rencontre, Abderaman Koulamallah a ajouté que le Président de la Transition du Mali réaffirme sa disponibilité à poursuivre ses relations bilatérales avec le Tchad. « Nous sortons satisfaits de cette audience. Nous remercions le président du Mali de nous avoir honoré et pour avoir dit des mots extrêmement touchants vis-à-vis de son homologue et frère tchadien, le Général Mahamat Idriss Déby. Le Président du Conseil Militaire de Transition (PCMT) à tenu à dire au peuple malien que ses faits d’armes les plus importants ont commencé au Mali où il a pris d’énormes risques avec ces compagnons pour la liberté de ce pays. Ce sont des choses qui ne peuvent être oubliées. Le Président du Mali m’a affirmé qu’il ne pourra pas oublié l’apport du Tchad durant cette periode. Le Tchad est l’un des rares pays à avoir versé le sang de ses fils de ses fils pour la défense ce pays frère. », a-t-il poursuivi.

S’agissant du retour du Mali dans le G5 Sahel, l’émissaire du gouvernement tchadien dit ne pas perdre espoir. « Nous disons que nous ne perdons pas espoir pour que le Mali puisse retrouver tous ses droits au sein du G5 Sahel. La principale difficulté réside au niveau sous-régional. Nous espérons que tous ces obstacles seront levés. Le Mali vit sous un embargo. Mais tous ses problèmes seront résolus. Et quand tous ses problèmes seront résolus dans leur globalité, les questions liées au retour du Mali seront évoquées. Le Mali est libre. Il prend souverainement ses décisions que nous respectons. Mais en raison des liens qui nous unissent, nous faisons tout pour qu’il revienne le plus possible dans le G5 Sahel et les organisations sous-régionales qui sont bénéfiques pour les populations. Pour l’instant, le G5 Sahel continuera sa mission mais nous ne perdons pas de vue que le Mali y reste un élément clé et nous gardons espoir que toutes les questions soient résolues dans sa globalité.», a conclu Abderaman Koulamallah.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.