fbpx

Palestine : une journaliste d’Al-Jazeera tuée dans une opération des forces israéliennes

Figure populaire du journalisme dans les territoires palestiniens, la correspondante de la chaîne Al-Jazeera a succombé dans la matinée après avoir été touchée par un tir attribué aux forces israéliennes.

Shireen Abou Akleh, l’une des reporters les plus célèbres de la chaîne qatarie Al Jazeera, aurait été tuée par un tir de l’armée israélienne, ce 11 mai au matin. Selon sa chaîne, elle couvrait une « opération israélienne » dans un camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie. Le ministère palestinien de la Santé a annoncé qu’elle avait reçu une balle dans la tête avant de confirmer sa mort quelques temps après.

Née dans une famille chrétienne de Jérusalem, avait 51 ans. Elle a initialement étudié l’architecture à l’université des Sciences et Technologies de Jordanie, avant de se spécialiser en journalisme écrit à l’université de Yarmouk. Passée par La Voix de la Palestine, Aman Satellite Channel et Radio Monte-Carlo, elle a rejoint Al Jazeera dès 1997, couvrant le début de la seconde Intifada.

Selon des témoins sur place, la journaliste et son équipe sont arrivés sur place aux alentours de 6h30. Des snipers israéliens étaient postés sur les toits alentours. « Shireen Abou Akleh est sortie de son véhicule, portant un casque et un gilet pare-balles indiquant clairement “Presse”. Un sniper israélien lui a tiré dessus, la touchant juste en dessous de l’oreille. Elle est tombée près d’un mur, et les tirs se sont poursuivis, empêchant d’autres journalistes de l’atteindre », explique sur son compte Twitter la journaliste d’Al Jazeera Lina Al Saafin.

La vice-ministre des Affaires étrangères du Qatar propriétaire de la chaîne Al-Jazeera a déclaré que Shireen Abu Akleh avait été tuée par les forces israéliennes d' »une balle au visage alors qu’elle portait une veste ‘presse’ et un casque ». « Shireen Abu Akleh couvrait leur attaque dans le camp de réfugiés de Jénine. Ce terrorisme d’Etat israélien doit cesser », a écrit Lolwah Al Khater sur Twitter.

De son côté, le gouvernement israélien nie toute implication de son armée. La journaliste Shireen Abu Akleh a « probablement » été tuée par des tirs palestiniens et non israéliens, a ensuite martelé le Premier ministre israélien Naftali Bennett. « Selon les informations que nous avons réunies, il semble probable que des Palestiniens armés, qui ont ouvert le feu sans discernement à ce moment, sont responsables de la mort malheureuse de la journaliste », a-t-il déclaré dans un communiqué.

TWM/Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.