fbpx

Oum Hadjer : lancement officiel de la phase2 du projet Al INKHAZ

Le préfet du département de Batha Est a lancé officiellement la deuxième phase du projet Al Inkhaz (sauve nous des difficultés) ce vendredi 11 mars 2022 dans la salle de concertation de la commune d’Oum-Hadjer. Le projet Al Inkhaz II est financé par l’Union Européenne. La signature de la convention a été conclue le 20 octobre 2021 entre la commune d’Oum-Hadjer et la Délégation de l’Union Européenne pour la réalisation du PROJET « AL-INKHAZ PHASE II » (sauve nous des difficultés) dont l’APLFT est codemandeur. Ce projet vise à renforcer les mécanismes de gouvernance locale mis en place et les capacités institutionnelles et opérationnelles de la commune, ainsi que les actions dans la fourniture des services essentiels de base de qualité à la population.

Souhaitant la bienvenue à la délégation, le Maire de la ville d’Oum Hadjer Mr Abderahim Abdallah Labit déclare que l’accès aux services sociaux de bases fait partie des domaines de compétences transférées aux communes. Le projet AL-INKHAZ II qui signifie en français ’’SAUVE NOUS DES DIFFICULTES’’ a pour ambition de promouvoir les actions citoyennes et d’appuyer la commune afin qu’elle réponde efficacement aux attentes de la population.

Pour le Maire d’Oum Hadjer, les services sociaux de base sont dits « essentiels ». Ils sont des prérequis pour le développement socioéconomique local. L’accès aux services essentiels de base de qualité par la population permet d’améliorer les conditions de vie en réduisant fortement les problèmes de santé publique.

Il se réjouit de cette initiative pour la mise en œuvre des activités mais rien ne rendra la commune dynamique si les citoyens ne posent pas des actions concrètes pour l’amélioration des conditions d’hygiène et l’accès à l’eau a-t-il affirmé.

Le chargé de programmes et Projets de l’APLFT , Ndoletar Luc a fait un bref aperçu du projet à savoir l’objectif général qui est celui de consolider l’état de droit et les institutions démocratiques au Tchad. Il en découle l’objectif spécifique qui consiste à renforcer la capacité de l’État à améliorer et promouvoir le système d’état-civil, le développement et la gouvernance locale. Trois résultats sont attendus à la fin de la mise en œuvre. Il s’agit de R1 : Amélioration de la gestion participative au niveau local à travers une démarche de concertation multi-acteurs intégrant les plus vulnérables ; R2 : Les services publics répondant aux besoins prioritaires des citoyens sont mis en œuvre au niveau communal ; R3 : Amélioration de la capacité de plaidoyer des communes dans le débat national. Chacun de ces résultats renferment successivement 16, 9 et 7 grandes activités. D’une durée de 36 mois, le coût de l’Action est de 825 386,90  euro.

Dans son allocution, l’attachée, chargée du Programme d’Appui à la Gouverance2 à la délégation de l’Union Européenne, Mme Coralie BOULOISEAU précise que ce lancement qui intervient 5 mois après la signature, suite à l’harmonisation de l’action demandée par l’Union Européenne afin d’optimiser l’impact de toutes les actions du PAG2 qui doivent être mises en musique de façon complémentaire.

« Il s’agit donc grâce à cette action de mettre en place de façon inclusive et participative 2 services publics à destination des citoyennes et citoyens, services qui doivent également répondre aux besoins des plus vulnérables. Le renforcement des capacités sera à l’honneur via plusieurs formations pré définies, et d’autres découleront des exercices d’autodiagnostics des performances de gouvernance locale de la commune ; qui viendront aussi renforcer la communication et les liens entre autorités de tutelles, commune et citoyens ».

L’union européenne se dit consciente que cette action comporte des défis, financiers comme institutionnels. Il est primordial que toutes les parties prenantes s’y investissent à la place qui leur est dévolue de façon constructive, transparente être coordonnée. « Toutes les forces vives doivent être mobilisées afin de concourir à la réussite du projet. C’est à ce prix que les réalisations pourront être valorisées durablement au bénéfice de la population.

Lançant le projet, le préfet du département de Batha Est précise que faciliter l’accès du grand public à l’information sur les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement et de mobiliser les populations autour des actions citoyennes, vous en conviendrez avec moi, fait partie du lot des actions du gouvernement dans la promotion de la décentralisation.

Pour lui, la contribution des organisations de la société civile en général, des associations de défense des droits de l’homme et partenaires de l’Etat en particulier dans l’appui au développement local n’est plus à démontrer.

Le préfet du département de Batha Est de préciser que l’eau, hygiène et l’assainissement constituent les problèmes fondamentaux de la Commune mais le droit de regard des citoyens sur la gestion communale reste aussi l’un des soucis majeurs pour la bonne gouvernance dans nos collectivités territoriales vis-à-vis des contribuables.

« La mise en application des conseils techniques des organisations partenaires de ce projet s’impose pour la plus grande dynamique institutionnelle de notre commune a renchéri le préfet du département de Batha Est.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.