fbpx

Tribune : Tchad Indépendant, le rôle majeur joué par les femmes dans cette lutte

« Tchadiens ayons notre joie. Il est minuit, Je proclame solennellement que le Tchad est indépendant et souverain ».

A travers ce discours du premier président du Tchad, François NGarta Toumbalbaye, le 11 août 1960, le Tchad a eu le droit de disposer de lui-même.

L’accession à l’indépendance ne s’est pas faite sans difficultés. D’importantes étapes ont été franchies, des épreuves dures endurées, des efforts et des sacrifices consensuels engagés par les hommes et les femmes du pays.

Si les hommes et les femmes se sont tous battus pour l’indépendance du pays, le rôle joué par les femmes dans ce sens n’a nul part été mentionné dans toutes les données ou archives que nous avons eu le privilège de consulter.

Ceci, s’explique par le fait qu’à cette époque, les pesanteurs socioculturelles ont constitué un blocage, reléguant la femme au dernier rang.

Durant tout le processus de lutte pour l’indépendance, aucune femme tchadienne n’a occupé un poste lui donnant la chance pour s’affirmer.

Ce qui offrait une sorte d’aubaine aux hommes qui profitaient des intelligences des femmes apportaient plus d’efficacité dans les  stratégies pour l’indépendance.

C’est autour des années 80 qu’une femme avait occupé pour la première fois un poste  ministériel au Tchad, notamment Fatimé Kimto, Ministre des Affaires Sociales et de la Femme.

Depuis lors, la possibilité d’avoir d’accès aux postes qui impliquaient ces dernières, dans les instances décisionnelles s’est ouverte et les femmes ont commencé à s’affirmer surmontant ainsi les pesanteurs socioculturelles, montrant ainsi leur intelligence et leur capacité à pouvoir contribuer au développement du pays.

De ce qui précède, faut-il le rappeler, d’une façon ou d’une autre, les femmes font partie des membres de la société et elles ont quelque chose à apporter, qu’il soit de façon directe ou indirecte car, derrière tout succès d’un grand homme se trouve une grande dame qui l’a soutenu.

Aujourd’hui, en 2021, le Tchad est à son 61ème année d’indépendance même si pour beaucoup cette indépendance n’est pas totalement acquise.

La guerre pour une indépendance réelle ne pourrait être remportée que lorsque les hommes et et les femmes valorisent cette relation de complémentarité qui les lie.

L’indépendance aurait été bien négociée si la femme était impliquée dès le départ. Puisque le talent que la femme a en elle, peut être d’une très grande utilité en matière de négociation.

Ahmat Adoum Moussa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *