fbpx

Covid-19 : Pfizer-BioNTech va produire 100 millions de doses par an en Afrique du Sud

Après Johnson&Johnson allié à Aspen, c’est au tour de Pfizer-BioNTech de s’associer à une entreprise sud-africaine pour produire leur vaccin anti-Covid. Le manufacturier a signé un accord avec l’institut Biovac, une entreprise semi-étatique installée au Cap. Ce sera la première fois qu’un vaccin à ARN Messager est produit en Afrique.

Objectif : 100 millions de doses par an d’ici à 2023. La production pourrait commencer dès l’année prochaine. 

Des vaccins produits en Afrique à destination exclusive des Africains. C’est toute l’originalité de l’offre Pfizer. Pour le continent, l’avantage c’est de réduire sa dépendance aux pays étrangers. On se souvient qu’au mois de mars, le Serum Institute of India avait suspendu l’exportation du vaccin AstraZeneca.

L’Inde, frappée par une vague épidémique dévastatrice, voulait alors se concentrer sur sa demande nationale. Or, le continent africain, via le dispositif Covax, avait fait de ce laboratoire l’un de ses principaux fournisseurs.

Un « progrès majeur pour surmonter l’inégalité vaccinale »

Ce genre de déconvenue devrait être évitée avec une production réservée aux Africains. En revanche, le continent devra encore compter sur l’extérieur. C’est un accord de « fill and finish »  qui lie les entreprises, rapporte notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson. Les ingrédients seront importés d’Europe et assemblés en Afrique du Sud.

Les deux laboratoires gardent ainsi la main sur l’élaboration de l’ARN messager, puisque le sérum sera acheminé depuis leurs usines européennes. Il sera donc mis en flacons et distribué exclusivement au sein des 55 pays membres de l’Union Africaine. Une grande et bonne nouvelle pour le Centre africain de prévention et de contrôle des maladies. 

Le président Ramaphosa a qualifié ce partenariat de « progrès majeur pour surmonter l’inégalité vaccinale ». La première étape du processus sera le transfert – dès à présent – de technologies vers l’Afrique du Sud et l’installation d’équipements adaptés dans les locaux de Biovac. Selon le calendrier annoncé : à la fin de cette année, le site de la ville du Cap doit être capable de distribuer des vaccins Pfizer-BioNTech à destination des différents pays du continent. 

L’étape suivante sera la partie conditionnement, c’est-à-dire la mise en flacon du sérum livré par les deux laboratoires qui doit pouvoir commencer l’année prochaine et à terme, sortir des usines sud-africaines de Biovac les 100 millions de doses annuelles annoncées et destinées uniquement aux pays africains. 

Désaccord autour de la levée des brevets

Toutefois, cet accord est loin des ambitions du président Cyril Ramaphosa qui bataille devant l’Organisation mondiale du commerce pour obliger les manufacturiers à partager la recette de leurs vaccins. Alors que plusieurs pays émergents et des ONG plaident pour la suspension des brevets afin de permettre une production massive de vaccins, les grands laboratoires rechignent à transmettre leur savoir-faire. « Affaiblir la propriété intellectuelle ne fera que décourager l’innovation », répète Albert Bourla, le PDG de Pfizer. Washington et Paris y sont favorables, contrairement à l’Allemagne, qui préfère, comme BioNTech, des accords de production.

Rfi Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *