fbpx

Religion : Quelques règles à respecter le jour la fête de l’Aïd el Kebir (Tabaski)

La communauté musulmane du Tchad et celle du monde entier va célébrer le mardi 20 juillet 2021, la fête de Tabaski ou l’Aïd el Kebir. A cet effet, le jour de la fête, il y’a quelques règles à respecter dont nous allons à présent citer quelques.

Parmi ses règles :

L’interdiction du jeûne : Il est interdit de jeûner le jour de l’Aïd selon le hadith d’Abou Sa’îd Al-Khoudrî (Radhiya Allahou Anhou) dans lequel il rapporte que le Prophète (Paix et bénédiction sur lui) a interdit de jeûner le jour de la rupture du jeûne et le jour de l’al-Adhâ (fête du sacrifice). (Rapporté par Mouslim).

Assister à la prière de l’Aïd : certains savants sont d’avis que la prière de l’Aïd est obligatoire. Ceci est l’opinion des savants hanafites et de cheikh Al-Islam Ibn Taymiyah. D’autres savants, disent qu’elle est une obligation de suffisance communautaire qui concerne la communauté dans son ensemble.

Dès lors qu’un nombre suffisant d’individus s’en chargent, les autres en sont exemptés. Ceci est l’opinion des savants hanbalites.

Un troisième groupe de savants est d’avis que la prière de l’Aïd est une sounna fortement recommandée. Ceci est l’opinion des Malékites et des Chaféites.

Accomplir des prières surérogatoires : il n’y a pas de prières surérogatoires à accomplir ni avant ni après la prière de l’Aïd. Ibn ‘Abbâs (Radhiya Allahou Anhouma) a rapporté que le Prophète avait l’habitude de sortir le jour de l’Aïd et de faire deux unités de prière sans les faire précéder ni suivre d’aucune autre prière.

Ceci s’applique lorsque la prière est effectuée à l’extérieur. Cependant, si la prière de l’Aïd est effectuée dans une mosquée, il faut accomplir la prière de salutation de la mosquée.

Les femmes doivent assister à la prière de l’Aïd : selon la sounna du Prophète (Paix et bénédiction sur lui) tout le monde doit assister à la prière de l’Aïd et se comporter avec droiture et piété.

La femme indisposée ne doit pas négliger le rappel d’Allah ni fuir les lieux où l’on se rassemble pour rechercher la science et évoquer Allah, à l’exception des mosquées. Les femmes, bien entendu, ne doivent pas sortir sans leur hidjab (voile).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *