fbpx

Afrique du Sud : des civils armés protègent leurs quartiers

A Phoenix, au nord-ouest de Durban en Afrique du Sud, des jeunes armés tentent de mettre leur quartier à l’abri des pillages que connaissent plusieurs villes du pays depuis vendredi.

Des troubles qui ont coûté la vie à 20 personnes dans cette ville alors qu’à l’échelle nationale 117 morts ont été enregistrés selon les données publiées jeudi.

Si le calme semble revenir progressivement, des groupes d’autodéfense ne baissent pas la garde. Mais ces civils armés sont au cœur d’une polémique.

« Nous continuons, en tant que communauté, à nous occuper des membres du township qui viennent ici. Nous ne sommes pas racistes. Si vous suivez les médias, ils disent que c’était du racisme, c’est du n’importe quoi. Ce n’est pas raciste, nous sommes juste là pour protéger nos familles.« , explique Loven Karim, membre du forum sur la police communautaire de Phoenix.

Pourtant des militaires, environ 10 000 ont été appelés en renfort dans le pays. Mais l’ampleur des récentes violences semble nourrir la réticence des populations. Des milliers d’entreprises ont été pillées.

« Ces deux derniers jours, ça a été plutôt mouvementé. Cela a causé des tensions dans la communauté. En général, tout le monde a peur de quitter sa maison. Beaucoup de gens ont évidemment perdu leur emploi aussi.« , souligne Trevin Bramduth, responsable de l’intervention armée chez KZN VIP Protection.

Au total, 2 203 personnes ont été arrêtées pendant les troubles pour diverses infractions, notamment des vols.

Les pillages se sont poursuivis jeudi dans le KZN, mais la situation était plus calme à Johannesburg. Il s’agit des pires violences en Afrique du Sud depuis l’instauration de la démocratie il y a 27 ans.

« Nous continuons, en tant que communauté, à nous occuper des membres du township qui viennent ici. Nous ne sommes pas racistes. Si vous suivez les médias, ils disent que c’était du racisme, c’est du n’importe quoi. Ce n’est pas raciste, nous sommes juste là pour protéger nos familles.« , explique Loven Karim, membre du forum sur la police communautaire de Phoenix.

Pourtant des militaires, environ 10 000 ont été appelés en renfort dans le pays. Mais l’ampleur des récentes violences semble nourrir la réticence des populations. Des milliers d’entreprises ont été pillées.

« Ces deux derniers jours, ça a été plutôt mouvementé. Cela a causé des tensions dans la communauté. En général, tout le monde a peur de quitter sa maison. Beaucoup de gens ont évidemment perdu leur emploi aussi.« , souligne Trevin Bramduth, responsable de l’intervention armée chez KZN VIP Protection.

Au total, 2 203 personnes ont été arrêtées pendant les troubles pour diverses infractions, notamment des vols.

Les pillages se sont poursuivis jeudi dans le KZN, mais la situation était plus calme à Johannesburg. Il s’agit des pires violences en Afrique du Sud depuis l’instauration de la démocratie il y a 27 ans.

Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *