fbpx

Tchad : Maître Don Mathias propose des solutions pour une transition réussie

Lettre ouverte de Maître Don Mathias, Avocat au Barreau du Tchad

         A

Son Excellence Monsieur le Président du Conseil Militaire de la Transition (CMT).

Son Excellence Monsieur le Président, permettez-nous de vous adresser à coeur ouvert nos préoccupations en notre qualité du fils de ce beau Pays qui a besoin à sa tête des Hommes dignes, intègres, compétents et soucieux de l’intérêt général pour nous mener à bon train.

Vous avez une lourde tâche qui consiste à mener ce Pays à une destination attendue par le peuple tchadien. Pour y arriver, le peuple tchadien attend de vous :

– L’organisation d’un dialogue sincère et inclusif sans aucune discrimination quelconque ;

– La mise en place d’un Gouvernement de Transition au cours de ce dialogue chargé d’organiser des élections démocratiques et transparentes dans le délai de dix (18) mois afin que le Peuple tchadien ne puisse décider de sa destinée ;

Arriver à exécuter ces deux (02) points fera de vous un Héros au même titre que le défunt Ancien Président du Ghana, Son Excellence Jerry Rawlings et le Peuple tchadien vous inscrirait dans son Livre d’Or.

Suivre les mauvais conseils à vous prodigués par des loups qui portent la toge des Anges pour arriver à leurs objectifs égoïstes serait le souvenir d’une page noire pour notre cher Pays.

Son Excellence, que les normes démocratiques au sens étymologique des termes s’affirment cette fois-ci dans notre Pays, car, disait l’un des Anciens Présidents de la République Centrafricaine, le défunt André Kolingba dans ses Citations que : « la démocratie n’est pas l’oeuvre des esprits préfabriqués ; elle est l’oeuvre d’hommes conscients et responsables…

La démocratie ne se réalise pas avec les tacticiens de la peur et de la coercition. Elle est l’oeuvre d’hommes de bonne volonté et de paix et non le fait de bandits plus enclins à détruire qu’à construire.

Les conditions posées à la démocratisation de notre pays excluent la cacophonie, les penchants libertaires et les pesanteurs particularistes. Elles obéissent aux exigences d’ordre, d’efficacité et de discipline.

Si on ne cherche pas les possibilités du dialogue et la concertation autour d’une unité d’objectifs, il est vain de se proclamer démocrate. Une démocratie réelle procède d’abord de l’écoute des questions qui montent au coeur d’un peuple ».

Son Excellence Monsieur le Président, aujourd’hui, nous vivons avec la plus grande peur sans précédente dans ce beau Pays parce qu’exposés à tous les risques à nos domiciles, lieux de travail et aux cours de nos chemins lors de nos navettes. Certaines de nos forces de l’ordre sont devenues, à mon humble avis, des forces d’insécurités parce qu’elles se livrent à des actes barbares contre les paisibles citoyens lors des contrôles et autres missions à elles confiées. A cet effet, notre cher défunt Thomas Sankara, Ancien Président du Burkina Faso n’a-t-il pas raison de dire qu’ « un militaire sans formation intellectuelle est un criminel en puissance »?

Nous sommes en insécurité lorsque les Magistrats sont assassinés sur leurs lieux de travail et les portes des Palais de Justice sont fermées sur toute l’étendue du Territoire National pendant plus de deux (02) semaines et ce, juste parce que ces Autorités Judiciaires et les Auxiliaires de Justice (victimes d’insécurité) demandent seulement « SECURITE ». Pourtant, nos trophées en la matière à l’international sont sans égal.

Vous en souhaitant bonne réception et comptant sur votre bonne compréhension quant à la suite à réserver au souci du Peuple tchadien, nous vous prions de croire, son Excellence Monsieur le Président, en l’expression de nos hautes et sincères considérations.

N’Djamena, le 06 Juillet 2021

Maître Don Mathias, Avocat au Barreau du Tchad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *