fbpx

Guéra : Tout savoir sur le vandalisme à l’université de Mongo

Guéra : Qui a vandalisé l’université polytechnique de Mongo? Mystère autour de la question.

L’Institut Universitaire Polytechnique de Mongo a été créé par la loi N°11/PR/2002 du 02 septembre 2002. Il a commencé à fonctionner de manière provisoire dans les locaux de l’Institut National des Sciences Humaines à Ndjamena. C’est à partir de 2016 que l’Institut Universitaire Polytechnique de Mongo est devenu Université Polytechnique de Mongo.

Il y a quelques jours, des groupes électrogènes de l’université polytechnique de Mongo ont été incendiés. Toumaï web Médias a approfondit les recherches d’informations sur l’explosion mystérieuse de ces groupes électrogènes et la disparition de plusieurs équipements de ladite université.

Les événements ont commencé il y a quelques mois avant les récentes manifestations des étudiants faisant état d’exclusion de quatre étudiants d’entre-eux.

Dès son arrivée à la tête de l’institution, le Professeur Abakar Mahamat Tahir, Président de ladite Université, a constaté qu’il y a un laxisme et un laisser-aller au sein de l’Université, parce que son prédécesseur, Dr Kodi Mahamat Bam n’était pas assez sur place pour constater les failles à différents niveaux. Il a donc décidé de prendre les choses en main et de remplacer certains responsables de l’université véreux par deux nouveaux chefs de service et de la scolarité, en l’occurrence Mr Ali Malloum Bada, Directeur de la scolarité et des examens et Dr Malloum Abakoura, chef de service des affaires académiques et de la relation.

Les chefs de service sortants étaient accusés de favoriser leurs frères inscrits à l’université en foulant aux pieds les textes et règlements de l’institution. Ils sont accusés de détention d’une liste non officielle pour faire entrer leurs proches sans remplir les conditions d’inscription. Une source bien informée qui a requis l’anonymat a confirmé ces accusations.

Par ailleurs, les deux chefs de service entrants sont des personnes reconnues pour leur rigueur et leur capacité à bien mener leur travail. Cependant, ils ont mis la main sur la liste des étudiants non réguliers et non conformes, convoqués au service de la scolarité pour régulariser leur situation.

Ces étudiants, soutenus par leurs parents responsables, ont refusé de répondre à la convocation. Le service s’est vu alors dans l’obligation de les renvoyer en pleine session.

C’est ainsi qu’en date du 16 mars dernier, les étudiants, majoritairement parents des responsables, avaient manifesté, boycottant par la même occasion les examens.

Le conseil de l’université a donc décidé d’exclure les étudiants non conformes. Ceci a plongé l’université dans une grève de plus d’un mois.

Les étudiants ont même réclamé le départ des deux nouveaux chefs de service de l’Université.

Selon la source, l’université a perdu mystérieusement des ordinateurs et d’autres équipements d’un laboratoire, volés par des individus toujours non identifiés. A cela, s’ajoutent les récentes incendies des deux groupes électrogènes de 150 kaveyas, qui, selon la source, ont explosé seuls pendant qu’ils étaient aux arrêts.

L’affaire de vol d’équipements et les actes de vandalisme causés dans cette université de renom inquiètent plus d’un.

Les premiers responsables de la province ont la responsabilité de se saisir de l’affaire pour éviter que le désordre s’installe dans cette institution.

TWM – Adoum Casimir Adjbane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *