fbpx

N’Djaména : Ordures, eaux stagnantes, la population face aux maladies

Avec la saison pluvieuse qui vient de s’annoncer, les eaux causent des inondations par manque de canalisation dans les différents quartiers de la capitale.

Elles envahissent les rues face à l’incapacité de la population à trouver des solutions. Aujourd’hui, le terme de «sauve qui peut» entre obligatoirement dans les habitudes.

Certaines routes sont difficilement accessibles en ce début de la saison pluvieuse dans certains quartiers.

A Goz-attor dans le 10ème arrondissement, les moustiques font leur retour dans les différents points de rétention d’eaux et sur les lieux de dépôt des ordures.

Un mixage de l’eau stagnante et les ordures dégagent une odeur nauséabonde, les habitants qui logent à proximité se plaignent chaque jour.

Face à cette situation, la population est exposée aux maladies hydriques.

La Mairie centrale en synergie avec les communes doivent s’activer pour sauver N’Djaména pour éviter le pire.

Adam Ramadane Ibrahim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *