fbpx

RCA : Touadéra déplore l’incident produit entre N’Djaména et Bangui

RCA : MESSAGE A LA NATION DU CHEF DE L’ÉTAT A L’OCCASION DE LA CLÔTURE DES CONSULTATIONS NATIONALES ET
DE L’ANNONCE DU DIALOGUE RÉPUBLICAIN

  • Centrafricaines ;
  • Centrafricains ;
  • Mes Chers Compatriotes ;

Le 18 janvier 2021, à la suite de la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle du 27 décembre 2020 par la Cour Constitutionnel
le, j’avais réaffirmé mon choix du dialogue et de la recherche permanente du consensus autour des questions d’intérêt national.

A l’occasion de la célébration du deuxième anniversaire de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation du 6 février 2019, j’ai marqué ma disponibilité à engager un dialogue républicain avec l’opposition démocratique et toutes les forces vives de la Nation afin de créer un climat apaisé et un environnement national propice à la construction de notre pays.

A ce sujet, j’ai mis en place une Équipe Technique d’Appui au Dialogue républicain qui a élaboré les termes de référence et arrêté un chronogramme ayant permis l’ouverture des consultations de toutes les forces vives de la Nation.

Le 19 avril 2021, j’ai lancé les consultations nationales. A cette occasion, j’ai, à la manière d’un médecin, ausculté la Nation.

J’ai reçu et écouté plus de 203 représentants des forces vives de la Nation, en l’occurrence :

  • les Présidents et membres des délégations spéciales de la Ville de Bangui, des huit ( Arrondissements de Bangui, de BIMBO, BEGOUA et des Chefs-lieux de nos Préfectures ;
  • la société civile dans toute sa diversité ;
  • les confessions religieuses (catholiques, protestants et musulmans);
  • les partis politiques de la Majorité, les centristes, les non-alignés, l’opposition démocratique, à l’exception de quelques partis regroupés au sein de la Coalition de l’Opposition Démocratique (COD 20-20) qui a toutefois apporté de précieuses contributions écrites ;
  • les Chefs des institutions de la République ;
  • les partenaires techniques et financiers de notre pays ;
  • les Anciens Chefs d’État.

Aucune couche sociale n’a donc été écartée.
Pendant deux semaines, vos représentants ont formulé des avis, des recommandations et suggestions sur les résultats escomptés du dialogue républicain, ainsi que l’agenda d’intérêt national prioritaire, les principes fondamentaux à préserver, la méthodologie, y compris la conduite du dialogue, son format, ses animateurs et facilitateurs.

J’ai recueilli des contributions aussi bien individuelles que collectives, en particulier les contributions de la diaspora centrafricaine, notamment celle de l’Afrique, de l’Europe et de l’Amérique ainsi que des personnalités indépendantes.

J’ai également enregistré vos interrogations, vos craintes et vos aspirations, somme toutes légitimes, qui ont été analysées par l’Équipe Technique, à la lumière des instruments existants à savoir, entre autres, les recommandations du Forum de Bangui, le RCPCA et l’APPR.

Je voudrais saluer le bon déroulement de cette étape qui est, si besoin en était encore, la preuve éclatante de votre maturité politique et de votre patriotisme.
Je tiens à vous en remercier du fond du cœur et vous exhorter à garder le cap jusqu’à la tenue du Dialogue républicain tant souhaité par tous.

Mes Chers Compatriotes ;

J’ai le devoir de vous informer qu’à l’analyse des conclusions des consultations nationales, l’Équipe Technique d’Appui a retenu neuf (9) principales thématiques pour le dialogue républicain, à savoir:

  • le développement socio-économique ;
  • la gouvernance politique, la démocratie et le renforcement de l’État de droit, la lutte contre la corruption ;
  • la diplomatie et la coopération internationale ;
  • la réforme de la justice et la lutte contre l’impunité ;
  • la réforme du système éducatif en y inscrivant l’éducation au civisme ;
  • la paix et la sécurité;
  • la dimension sociale ;
  • la décentralisation et l’économie locale ;
  • le suivi des recommandations du Dialogue républicain.

Sur le format et les objectifs du dialogue, les forces vives de la Nation consultées se sont prononcées en faveur :

  • du Dialogue républicain entre Centrafricains, sur le sol centrafricain;
  • de la mise en place d’un Comité d’organisation inclusif ;
  • de l’éventualité d’un recours aux Experts étrangers pour le développement de certaines thématiques qui introduiront les débats ;
  • de la poursuite de la mise en œuvre de l’APPR, notamment par la dissolution de tous les groupes armés ;
  • de l’élaboration d’une loi anti-corruption.
  • du maintien et de la consolidation des acquis démocratiques ;
  • de la poursuite de la restauration de l’autorité de l’Etat à travers les opérations de pacification de notre pays ;
  • de l’éradication de l’impunité et de la corruption ;
  • d’une justice en faveur des victimes des conflits militaro-politiques.
    Ces différentes réflexions et projets de développement, vous vous en souvenez certainement, avaient été examinés et arrêtés par le Forum de Bangui.

Aussi, au cours de mon premier mandat, les Gouvernements successifs se sont employés à appliquer ces recommandations, ce qui a abouti, entre autres, à l’élaboration du Plan de relèvement économique, le RCPCA, le Cadre d’Engagement Mutuel entre notre pays et les partenaires techniques et financiers, les nombreuses réformes courageuses et réalisations dans les différents domaines de la vie nationale et l’APPR du 6 février 2019.
Il est néanmoins résulté des consultations nationales la nécessité de réactualiser ces instruments, de les adapter aux circonstances nouvelles afin de répondre efficacement aux défis qui se posent à notre pays, dans un contexte mondial marqué par la pandémie de COVID-19.

Mes Chers Compatriotes ;

J’ai noté, avec satisfaction, l’élan patriotique qui s’est dégagé au cours de ces consultations nationales.

En effet, tout en affirmant l’inclusivité du dialogue républicain, les forces vives de la Nation, visiblement excédées par les crises à répétition, ont, dans leur large majorité, banni toute possibilité de dialogue avec les rebelles de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) et les mercenaires étrangers, ainsi que toute éventualité d’organisation du dialogue en dehors du territoire national et de désignation d’un Médiateur étranger.

Il convient toutefois de préciser qu’une partie de l’opinion nationale s’interroge sur le point de savoir quelle serait la plus-value d’un énième dialogue, se référant certainement aux recommandations pertinentes des premiers foras dont l’application n’a pas connu de résultats escomptés.

Tout en reconnaissant la pertinence de cette interrogation, je voudrais réaffirmer que l’une des armes les plus puissantes contre les conflits fratricides, la discorde, l’insécurité, le sous-développement, la mal-gouvernance de nos ressources humaines, naturelles, financières et environnementales, demeure le dialogue.

C’est convaincu des vertus du dialogue que j’ai privilégié, depuis le 30 mars 2016, la politique de main tendue aux filles et fils de la République ayant pris les armes contre leurs concitoyens.

Aujourd’hui, le contexte post électoral, marqué à la fois par la résurgence des vieux démons de la haine et de la division, de la pandémie du COVID-19 et le début du second mandat que vous venez de me confier, incite à un dialogue franc entre les filles et fils de la République, dans le respect de la Constitution, afin de conjurer le mal, rétablir l’égalité de chance entre les citoyens, les régions et mutualiser nos efforts pour le développement de notre pays.

Mes Chers Compatriotes ;

A l’issue des consultations nationales, je me réjouis de vous annoncer solennellement ce soir, la tenue prochaine d’un Dialogue républicain.

Dans les prochains jours, je mettrai en place un Comité qui sera chargé de préparer et d’organiser ce Dialogue républicain, dans les meilleurs délais.

Oui, ce dialogue, voulu par tous, nous permettra, ainsi que je viens de le rappeler, de revoir nos stratégies de mise en œuvre et de suivi des recommandations des précédents foras et d’engager de nouvelles réflexions de fond sur les politiques de développement, de gouvernance, de sécurité, d’éducation, de santé, de la diplomatie, pour faire face aux nouveaux défis et satisfaire les besoins vitaux de notre société.

Je sais que nous pouvons toujours compter sur le soutien de la communauté internationale qui ne nous a jamais fait défaut, en de pareilles circonstances, pour organiser et tenir dans les meilleurs délais, ce dialogue que nous appelons de tous nos vœux.

Mes Chers Compatriotes ;

Avant de terminer mon adresse, je voudrais vous entretenir brièvement sur l’incident qui s’est produit, le dimanche, 30 mai 2021, à la frontière avec le Tchad et ayant malheureusement causé des pertes en vies humaines dans les deux camps.

J’ai déploré ce malheureux incident et dépêché une délégation à N’Djamena pour rassurer les autorités de ce pays frère de notre attachement aux relations de bon voisinage entre nos deux pays, aux principes de la coexistence pacifique, de non-agression, du respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de chaque État.

En attendant les conclusions de la Commission d’enquête internationale indépendante et impartiale, je vous appelle au calme, à la retenue et à la vigilance.

Je vous exhorte à ne pas céder aux désinformations, aux manipulations des ennemis de la paix qui escomptent sur une guerre entre nos deux peuples, fort heureusement unis par la géographie, l’histoire, la sociologie, les relations séculaires de fraternité et de coopération.
Vous le savez, notre pays, depuis son indépendance, n’a jamais manifesté de velléités d’agression ou d’occupation du territoire de l’un des pays frères avec qui nous partageons des frontières et entretenons de relations de bon voisinage, solidement établies par les textes qui régissent nos Organisations continentales, régionales et sous-régionales, voire bilatérales.

En revenant au Dialogue républicain, j’en appelle à la participation de toutes les forces vives de la Nation, au soutien de tous les partenaires publics et privés de la République Centrafricaine afin de réussir ce grand rendez-vous de l’histoire de notre pays et assurer un avenir meilleur à notre jeunesse.
Que Dieu bénisse la République Centrafricaine et son Peuple !

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *