fbpx

UA:CARE-AFRIQUE invite le conseil de paix d’accompagner le CMT

Le président de CARE-AFRIQUE, Maïdé Hamit Lony invite conseil de paix et de Sécurité de l’UA d’accompagner le CMT

                           À
          Monsieur le Président de la commission de l’UA  et aux membres du conseil de paix et de sécurité de l’UA

Objet: Motion de soutien au comité militaire de transition (CMT) et gouvernement civil d’union nationale de transition, qui assurent la transition au Tchad.

Monsieur le Président, mesdames et messieurs les membres du CPS,

Comme vous le savez, le 11 avril 2021, un groupe des rebelles quittant leur base située au sud de la Libye pour lancer des incursions à l’intérieur du territoire tchadien dans les buts simultanés d’empêcher le processus électoral en cours et de renverser le pouvoir en place. Le 20 Avril 2021 le maréchal du Tchad Idriss Déby Itno, Président de la République trouva la mort au front. Suite à cet événement tragique et conformément à la constitution du Tchad, le Président de l’assemblée nationale était convier pour assurer l’intérim. Mais, ce dernier s’est désisté en raison de son état de santé fragile.

Dans ce contexte particulier de vacance de pouvoir, l’armée s’était engagée de prendre ses responsabilités afin de maintenir la stabilité des institutions, d’assurer la paix et de garantir l’intégrité du territoire. Un comité militaire composé de quinze membres, dirigé par le Général Mahamat Idriss Déby est formé pour assurer la transition pour une durée de dix-huit (18) mois renouvelable une fois. La constitution est suspendue, le gouvernement et l’assemblée nationale sont dissoutes. Une charte de transition est proclamée, affirmant le maintien des activités politiques et associative, ainsi que la sauvegarde des acquis démocratiques.

Le comité militaire de transition (CMT) nomme un Premier ministre civil après une large consultation des principaux acteurs de la vie politique tchadienne, des sociétés civiles et des partenaires sociaux. Ce dernier aura la charge de formé un gouvernement d’union nationale de transition. Le 2 mai 2021 le Premier Ministre Pahimi Albert a dévoilé sa liste du gouvernement dans lequel tous les principaux partis politiques de l’opposition sont représentés. Bien avant la formation du gouvernement, le premier ministre a entamé une large consultation de toutes les forces vives de la nation. De dirigeants des principaux partis politiques de l’opposition, aux responsables des associations des sociétés civiles, en passant par les leaders religieux et syndicaux, tout le monde a été consulté. Le désir de la paix, de la stabilité, la sauvegarde de l’unité nationale et la défense du territoire nationale étaient le souhait vivement exprimé par toutes les personnes qui ont été consulté. Dés lors, le fait que le CMT dirige la transition n’a posé aucun souci, ni aucune contestation. Cependant, une petite minorité en manque de popularité et dont la légitimité et la légalité de leurs organisations politiques sont d’autant plus que douteux, ont choisit de jouer à l’auto-exclusion et manipulent par ailleurs quelques jeunes des quartiers défavorisés de la capitale pour semer les troubles. Mais, ces derniers ne sont pas du tout représentatifs de ce grand peuple tchadien qui aspire à la paix et à la sécurité.

Malgré les efforts, malgré la maturité du comité militaire de transition et celle de la classe politique tchadienne qui ont empêché le pays de sombrer dans le chaos, le Tchad n’est pas à l’abri des menaces de sanction du conseil de paix et de Sécurité de l’UA au nom des prétendus certains principes qui ne sont éloquents qu’en théorie. Par conséquent, le bureau de l’association CARE-Afrique s’est réuni ce jour 13 mai 2021 pour examiner et prendre certaines positions. Nous avons donc décider d’apporter notre soutien au CMT et au gouvernement civil d’union nationale de transition. Ainsi, nous invitons le conseil de paix et de sécurité d’examiner profondément la grande avancée en terme d’apaisement de la vie politique tchadienne, de regarder la convergence des principaux partis de l’opposition qui s’accordent sur cette transition dirigée par le CMT/gouvernement civil et de prendre prioritairement la nécessité de garantir la paix, la sécurité du territoire qui justifie la présence du CMT au pouvoir; et qui est d’ailleurs l’une des principales vocations du conseil de paix et de sécurité de l’union africaine.

Nous avons analysé les efforts consenties par le CMT depuis la mort du Maréchal Idriss Déby Itno, nous avons eu la conviction que le CMT a abattu un travail énorme sur le plan politique et sécuritaire en si peu du temps. Cette conviction est encore plus sur la capacité du CMT d’assurer la transition jusqu’à la tenue des nouvelles élections. Aujourd’hui, une base de dialogue et de réconciliation nationale est jetée et qui sera incarnée par le ministre de la réconciliation et du Dialogue. Des opposants en exils, des politico-militaires et des tchadiens de la diasporas vont être rapprochés et la transition sera une nouvelle ère pour le peuple tchadien de se réconcilier et bâtir ensemble une société démocratique et un Etat de droit. Nous africains, nous devons accompagner le peuple tchadien pendant ce moment difficile qu’il traverse.

Par ailleurs, En ce qui concerne le maintien de la paix, la stabilité du territoire tchadien et de la zone du Sahel, le CMT s’est inscrit sur le schéma tracé par le défunt Maréchal et a réaffirmé solennellement sa disposition de respecter les engagements du Tchad pour la sécurisation de la sous région et du Sahel. Il nous sied en effet, de vous rappeler les grand sacrifices qu’avait consenties le Marechal pour lutter contre le terrorisme et maintenir la sécurité au Sahel depuis 2013. La volonté affichée du CMT en ce moment particulier de continuer ce travail, serait en principe une occasion pour le conseil de paix et de sécurité de l’union africaine d’affirmer leur soutien à l’égard du CMT et de les accompagner durant cette transition. Sanctionner le Tchad en ce moment crucial, c’est saboter les efforts fournis par le Maréchal du Tchad et l’armée nationale tchadienne durant toutes ces années.

De même, en ce qui concerne la démocratie et le fonctionnement démocratique des institutions, nous reconnaissons que ces principes sont chers pour tous les peuples africains. Nous sommes amener à être très regardant et nous constatons que le CMT n’a aucunement touché à la démocratie et d’ailleurs il a affirmé solennellement d’être le garant d’une vie démocratique apaisée et d’assurer le bon fonctionnement des partis politiques et des associations. Il a affirmé également de respecter la transition telle qu’elle est affirmée dans la charte de transition et de remettre le pouvoir à un civil à l’issue d’une élection libre et démocratique. Cet engagement du comité militaire de transition nous rassure d’avantage.

En fin, nous invitons le conseil de paix et de sécurité de l’union africaine d’aller au delà des jugements qui tendent à coller l’image d’un coup d’Etat pour caractériser la prise du pouvoir par le CMT. Nous vous invitons à analyser profondément le contexte dans lequel le CMT a pris le pouvoir. D’après notre analyse, nous estimons que n’importe qu’elle armée responsable aurait fait la même chose que le CMT. Le contexte n’est pas comparable à celui du Mali où l’armée avait fait un coup d’Etat pour destituer un président démocratiquement élu. Le contexte n’était pas également pareille aux autres formes de coups d’Etat qu’avaient connus l’Afrique. Le contexte tchadien est un cas particulier. Ce qui est différent ici, il y a un chef d’Etat qui meurt au front. Les menaces rebelle était toujours présentent et l’armée avait besoin d’un chef suprême qui pourra être à la hauteur des attentes. C’était ce contexte qui a conduit la formation du comité militaire de transition. Ce n’est nullement un coup d’Etat, mais, plutôt, un désir suprême de protéger le pays.

Nous avons une entière confiance aux diplomates du conseil de pais et de sécurité de l’union africaine; car, ils sont des éminents diplomates dotés d’un sens aigus d’analyse et savent faire la part des choses. Nous vous demandons donc, d’aider le Tchad et le peuple tchadien en accompagnant cette transition jusqu’à son terme.

En souhaitant une décision favorable de votre instance, veuillez recevoir nos cordiales salutation.

                     Lyon, 13 mai 2021

       Pour le bureau exécutif de CARE-Afrique 

                               MAIDE HAMID LONY 
                                       Président      
                                                  care-afrique@hotmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *