fbpx

Tchad: L’UNDR suspend toutes formes de manifestations

Le parti UNDR de Saleh Kebzabo donne sa position après son entrée dans le gouvernement de transition.

Point de presse

Le Bureau Exécutif National tient à informer l’opinion publique que suite à une rencontre élargie aux organes affiliés, aux cadres, militants, militantes de N’Djaména le 24 avril 2021, le principe de prendre part activement aux structures de Transition politique après la mort d’Idriss Déby Itno a été arrêté.

Le Bureau Exécutif, mandaté pour cela, a analysé les différents contours de la participation éventuelle de l’UNDR et autorisé, à l’unanimité, le Président national à suivre les tractations avec les autres partis politiques, le Conseil Militaire de Transition et le Premier ministre.

C’est ainsi que l’UNDR se retrouve représentée au Gouvernement de Transition par les camarades ABDERAHIM AWAD ATEIB comme ministre de l’Elevage et des Productions animales et Mme OUALMI MBAIRA Rachel, Secrétaire Générale adjointe du Gouvernement.

Cette décision souveraine de l’UNDR est en droite ligne de son programme politique car, les forces politiques ont le devoir de trouver les voies et moyens pour sauver le Tchad du chaos dans lequel il est plongé depuis plus de 30 années de règne du MPS. La grave situation créée après la disparition du Chef de l’Etat qui a vu la prise de pouvoir par l’Armée interpelle plus d’un tchadien et, il est du devoir de toutes les couches politiques et sociales nationales de trouver une solution impérative afin d’empêcher une dislocation certaine du Tchad, si le pouvoir n’est pas remis aux civils dans un cadre pacifique et démocratique.

L’UNDR, avec responsabilité, a adhéré à la volonté manifestée par la majorité de la classe politique, de la société pour gérer une transition apaisée qui puisse mener le pays, au bout d’une période acceptée consensuellement, vers des élections libres, transparentes qui poseront enfin, les jalons d’une véritable démocratie qui sortira le Tchad de sa descente aux enfers.

Il n’est pas question pour l’UNDR de cautionner un coup d’Etat militaire qui s’apparenterait à une dévolution dynastique du pouvoir, mais il s’agit de sauver un pays exsangue, en totale déliquescence et menacé par l’insécurité en raison de la multiplication des foyers de rébellion armée, conséquence de la mauvaise gouvernance, de l’exclusion et du refus catégorique du dialogue politique du régime déchu.

De tout ce qui précède, l’UNDR en entrant au Gouvernement de Transition, voudrait apporter sa modeste contribution pour la réconciliation définitive de tous les tchadiens afin de bâtir un Tchad sans haine tribale, ethnique ou régionale.

Le Parti en a le droit et n’a de leçon à recevoir de quelques organisation politiques ou sociales car, il exerce sa pleine souveraineté par rapport à sa vision prospective pour le Tchad. Il réaffirme donc son engagement pour la paix des cœurs de toutes les filles et tous les fils du pays par la réussite de la Transition et dénonce, condamne toute forme de violence, d’atteinte aux droits Humains par les forces de défense et de sécurité comme cela s’est passé le 27 avril 2021 à N’Djaména et en province.

L’UNDR exige que des enquêtes serrées dans la règle de l’art soient diligentées pour retrouver les auteurs de tirs à balles réelles qui ont endeuillé tant de familles tchadiennes lors des manifestations pacifiques précitées afin que, la justice fasse son travail régalien.

L’UNDR, par la même occasion, met en garde tous ceux qui tentent de semer la confusion dans les esprits des citoyens, en déformant pour on ne sait quel agenda d’intérêt personnel sa souveraine décision de participer aux structures de la Transition pour trouver des solutions aux problèmes du Tchad car, il faut bien un jour qu’on sauve le pays.

Aussi, le Bureau Exécutif lance-t-il un appel à tous les militants, sympathisants, au peuple tchadien dans son ensemble et sa diversité que l’UNDR ne pactisera pas avec l’extrémisme d’où qu’il vienne. Il leur demande de rester sereins et ne suivre que les instructions de la hiérarchie du Parti. Aucun fractionnisme ne passera. L’UNDR demande à ses militants et sympathisants de suspendre les marches et toutes autres formes de manifestations en attendant de voir clair dans les négociations qu’il faut engager avec les autorités de la Transition pour la gestion de ces marches pacifiques.

Concernant la déclaration d’un membre du Bureau Exécutif au sujet de la participation au Gouvernement de Transition, l’intéressé a présenté ses excuses aux Bureau Exécutif et aux militants lors d’une séance extraordinaire de l’exécutif de l’UNDR le mercredi 6 mai au siège du Parti. A ce sujet, nous rappelons que l’UNDR a pris ses responsabilités pour participer activement à la Transition politique et seul l’organe dirigeant par les voies hiérarchiques statutaires donnera la ou les positions du Parti chaque fois que de besoin sur les questions politiques majeures qui engagent la vie du Parti. Les spéculations les plus fantaisistes alimentées sur la toile et certains médias traditionnels par rapport à cette déclaration, n’entameront en rien la détermination de l’UNDR de poursuivre imperturbablement ses actions pour des élections enfin libres et transparentes au Tchad à la fin de la Transition.

Au sujet de l’intervention du MPS par rapport à l’inéligibilité de certains membres ayant participé aux structures de la Transition, l’UNDR dénonce et condamne les 2 poids 2 mesures contenus dans les propositions de l’ancien parti au pouvoir qui excluent les membres du Conseil Militaire de Transition. La loi, s’il y’a une loi dans ce sens au terme de la Transition, doit s’appliquer à tous les acteurs ayant géré la Transition et il n’est pas concevable que les militaires en soit exemptés.

Je vous remercie

Célestin TOPONA MOCNGA
1er vice président chargé des relations extérieures
et de la communication, porte parole du parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *