fbpx

Niger: une vingtaine de soldats tués suite à une attaque vers Banibangou (Tillabéri)

Une vingtaine de militaires nigériens ont été tués, hier mardi, suite à une attaque contre leur position par des individus armés à Intoussan, à une vingtaine de kilomètres de Banibangou, près de la frontière malienne. Le bilan est encore provisoire et les assaillants qui sont venus en nombre ont également détruit et emporté du matériel militaire.

L’attaque a été confirmée par des sources sécuritaires et un communiqué du gouvernement est attendu dans les heures qui viennent pour donner le bilan définitif de ce nouveau raid meurtrier. Selon des sources locales, c’est une position de l’armée qui a été attaquée à Intoussan, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Banibangou, dans la région de Tillabéri et pas très loin de la frontière malienne.
Les assaillants armés et présumés membres de l’EIGS, sont venus en nombre à bord de motos pour la plupart.

Certaines sources qui les ont aperçues dans des villages de la zone qui ont été également ciblés, avancent le chiffre d’au moins 200 individus armés qui ont pris part à l’assaut. Les combats ont été intenses et les militaires nigériens ont été submergés. Du renfort a été par la suite envoyé sur place et comme c’est le cas lors des précédentes attaques, les assaillants se sont repliés en direction de la frontière malienne. Une vingtaine de soldats ont été tués et plusieurs autres ont été blessés suite à cette attaque qui a également causé la destruction et la perte d’importants matériels militaires.


Cette attaque intervient quelques jours après l’embuscade tendue contre une patrouille de la Garde nationale du Niger, le samedi dernier, dans la zone de Tillia, région de Tahoua, et toujours pas très loin de la frontière malienne. Seize (16) soldats dont un officier ont été tués.
La semaine dernière, anticipant un regroupement de combattants de l’EIGS en prélude à une attaque de grande envergure dans la zone de Banibangou, l’armée nigérienne a procédé à l’interpellation de 26 présumés terroristes. Le 30 avril dernier, 24 d’entres-eux ont été « mortellement blessés » suite à une tentative d’évasion massive au cours de leur transfert du camp militaire de Chinagoder à celui de Banibangou comme annoncé par le ministère de la Défense nationale.


La région de Tillabéri, dans le nord-ouest du Niger, dans la zone des trois frontières, est depuis 2017 en proie à une amplification des menaces sécuritaires. Malgré l’important dispositif militaire déployé, avec le renfort des forces partenaires, les attaques contre les positions des Forces de défense et de sécurité (FDS) ainsi que le massacre en masse des civils ou des assassinats ciblés de notables locaux ne cessent de se multiplier.

Niger actu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *