fbpx

Fête du Ramadan : Les couturiers face à l’absence des clients

A moins deux semaines de la fête, plusieurs familles musulmanes ont commencé avec les préparatifs pour la fête de l’Aïd al fitr al Moubarak. Contrairement aux années précédentes, les préparatifs sont très timides en raison de la crise sociopolitique que traverse le pays depuis quelques jours.

Une situation qui inquiète les habitants et qui démotive à toute idée de fête.

Notre reporter AHMAT ADOUM MOUSSA s’est intéressé à quelques ateliers de couture de la ville de N’Djamena.

Ici nous sommes au quartier Mardjandaffack, dans la commune du deuxième arrondissement.

Dans cet atelier de couture nous avons rencontré un groupe des jeunes, chacun concentré à exécuter sa tâche.
Abdelkhadir Chaban est le chef de cet atelier. Il accepte de parler : «La situation est très difficile, nous n’avons pas assez des clients. Les adultes ne se soucient plus de l’habillement, même ceux qui viennent, c’est pour coudre pour leurs enfants. L’année dernière malgré la pandémie de la Covid-19, le chiffre d’affaire était mieux. Cette année c’est catastrophique en raison de la crise sécuritaire qui inquiète la population.». Explique-t-il avec soupir

Un client venu pour la couture des «djalabia» pour enfants confirme les idées du Chef de l’atelier en hochant simplement la tête avec inquiétude.

Contrairement aux années précédentes, les préparatifs pour la fête de l’eïd al fitr al Moubarak ne suscitent pas trop d’engouements chez la communauté musulmane.

Si l’année passée le Coronavirus a contraint certains à s’adapter à la situation, cette année la crise sociopolitique que traverse le pays depuis quelques semaines vient aussi constituer un blocage pour le bon déroulement de la fête.

Selon les tailleurs et clients rencontrés, le seul souci de la population, est celui de vivre dans paix et la stabilité.

Toumaï Web Médias/ Ahmat Adoum Moussa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *