fbpx

Tchad : L’Amélioration des affaires au centre d’un échange

L’Ecole nationale d’Administration (ENA) a accueilli ce samedi 27 février une conférence débat co-organisée par l’Ecole nationale de formation et judiciaire (ENFJ) et l’ENA en partenariat avec l’ERSUMA (École régionale supérieure de la Magistrature de Bénin).

Intitulé « Le droit OHADA et l’amélioration de l’environnement des affaires au Tchad », le thème est animé par des imminents experts de la sous-région à savoir : Dr Karel Osiris Coffi DOGUE, Me Mohamed TCHASSOMA Traoré et le formateur Nicolas ASSOGBA. 

Au centre des échanges, le droit OHADA, les domaines qui entrent dans le champ des actes uniformes, les indicateurs à l’égard desquels le Tchad accuse le plus grand retard et bien évidemment les actions minimales attendues pour un climat des affaires au Tchad.

Dans sa présentation, Dr Karel Osiris Coffi DOGUE a édifié l’assistance sur le système OHADA et ses organes organes. Aussi sur les critères de classement de Doing business du Tchad de 2011 à 2021.

Pour l’OHADA s’attèle avec succès en matière d’intégration économique et fait la fierté de tout le continent africain.

Il appartiendra au législateur tchadien de donner corps progressivement à cette vision d’un droit des affaires africain original mais, surtout effectif, efficace et efficient au Tchad, dira Dr Karel Osiris Coffi.

Le panéliste Nicolas ASSOGBA s’est appesenti sur l’aspect pratique de la sécurité en matière de droit des affaires et l’importance de son évolution. Et d’ajouter, l’harmonisation du droit des affaires en Afrique vise notamment la sécurité juridique et judiciaire.

« Un ensemble normatif est susceptible de contribuer à la sécurité juridique, s’il est à la fois complet, précis cohérent », soutient Nicolas ASSOGBA.

Mohamed TCHASSOMA Traoré a accès son intervention sur l’immobilier et foncier qui sont des éléments dit-il essentiels pour la mise en œuvre efficace et efficiente du plan OHADA.

Selon les exposants, le plan OHADA a contribué à la réduction de la pauvreté en favorisant la création d’emploi. Aussi, soutiennent des changements ont été observés en matière de sécurité juridique depuis l’entrée en vigueur des Actes Uniformes OHADA, ce qui à favoriser les investissements.

D’où selon des récents études, l’espace OHADA constitue actuellement un marché d’environ 225 millions de consommateurs et représentent un produit intérieur brut 275 millions de dollars américain

Sénoussi Hassana Abdoulaye et Sénoussi Mahamat Ali respectivement Directeur général l’ENA et ENFJ ont pris part à ladite conférence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *