fbpx

Littérature : Mahamat Ali Adoum publie «De l’enseignement à la diplomatie»

Livre autobiographique, l’œuvre est une importante mine d’informations sur le Tchad.

Un des acteurs clés dans la résolution du conflit territorial entre le Tchad et la Libye, l’ambassadeur Mahamat Ali Adoum, nous fait découvrir comment, en 1993 à la Cour internationale de Justice de la Hay, l’équipe tchadienne a minutieusement organisé et farouchement mené et gagné la bataille juridique de la bande d’Aouzou.
L’ouvrage est disponible à la librairie La Source et à l’Alimentation Générale au prix de 8000 francs.

Né le 14 novembre 1947 à Michemiré dans la province du Kanem, Mahamat Ali Obzahami est l’ambassadeur du Tchad au Canada depuis 2014.
L’ambassadeur a débuté son cursus universitaire par un diplôme en éducation de l’université de Brazzaville au Congo, une maîtrise en sciences politiques de l’université Laval au Canada et un Master en Etudes internationales de l’université Johns Hopkins aux États-Unis.
Sur le plan professionnel, Obzahami commence sa carrière, tout naturellement par l’enseignement dans son pays. Ainsi il a formé de hauts cadres tchadiens dans les villes d’Abéché, Moundou, Mongo, Biltine, Ati, Massakory et Bongor.
Puis s’en suit le parcours diplomatique qui le porte au poste d’ambassadeur plénipotentiaire du Tchad aux États-Unis de 1983 à 1992. Cette année 1992 oú le Tchad se prépare à constituer une équipe gagnante pour la bataille juridique pour Aouzou, Obzahami est rappelé , dare-dare au pays pour prendre les rênes de la diplomatie tchadienne. Dans la foulée du triomphe juridique de la bande d’Aouzou, le Ministre désormais des Affaires étrangères quitte en juillet 1993 le gouvernement avec le sentiment de mission accomplie mais continuer à servir son pays autrement.
En avril 1994, Obzahami a rejoint la Banque mondiale en qualité de Conseiller principal du directeur exécutif des pays africains francophones. En cette capacité et pendant 10 ans, Obzahami a méticuleusement organisé le lobby tchadien ayant facilité le financement du projet pétrole de Doba.
TWM/Tchadmedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *