fbpx

Éditorial : Facebook la cour commune des internautes tchadiens

Le réseau social, facebook est devenu la plateforme par excellence d’échanges et de débats pour des nombreux internautes tchadiens.

Malheureusement le réseau bleu est devenu un endroit de propagande d’apologie de la haine, de moqueries et de règlement de compte entre plusieurs personnes et personnalités.

Les publications des autorités, précisément, les ministres sont scrutées de près commentées et partagées par des centaines sinon des milliers des abonnés.

Les jeunes membres du gouvernement sont les cibles de plusieurs attaques (heaters ou fans) à chaque post chaque commentaire laissés sur facebook ou twitter.

suivie par plus 50 000 abonnés, la Ministre de la femme et de la protection de la petite enfance Amina Pricilles LONGOH est l’une des plus grandes victimes des tabloïds et followers et cela plus d’une fois. A l’exemple de sa photo tenant un coran à goz beida ou encore la prosternation devant le Mbang de Dedaya.

Il faut reconnaître que Amina LONGOH est très active sur les réseaux sociaux et ce, bien avant d’être directrice générale de la maison de la femme ou même Ministre.
«J’aime les réseaux sociaux, j’aime être en contact avec les autres, c’est ma nature, c’est une passion qui me caractérise, je parle et fais les choses avec le cœur, il n’ya pas de calcul…c’est pas possible parceque je ne sais pas prétendre, ça peut choquer certains, mais normalement il n’ya pas de raison si chacun s’occupait à vouloir se perfectionner soit-même.

Si j’ai maintenu jusqu’ici ma présence sur le réseau bleu, cela signifie simplement que c’est un choix que j’ai faite et que j’assume entièrement.

Aujourd’hui le monde ne peut pas fonctionner comme il y’a de cela 10 ans, non, c’est pas possible, on doit savoir utiliser les avantages du monde numérique mais d’une façon positive, dans le respect de la diversité. écrit t-elle.

Le Ministre de la jeunesse et des sports Routouang Mohamed n’est pas épargné également depuis sa lettre au président sortant du conseil national des jeunes du Tchad (CNJT), à son coup de gueule dénonçant la mafia au sein du monde sportif tchadien, son bras de fer avec la fédération tchadienne de football association, à l’affaire Mohamed Sogar et échanges avec l’activiste Abel Maina jusqu’à, à la dernière invitation du président du parti les transformateurs à la cérémonie d’installation du nouveau bureau du CNJT, le Ministre Christian est la cible de nombreux followers qui peuvent être qualifiés de heaters. À la moindre publication ou faits et gestes du jeune ministère, ses partisans et adversaires s’empressent à commenter et partager.

L’autre membre du gouvernement le plus actif sur le facebook depuis plusieurs années est le Secrétaire d’État à la santé publique et à la solidarité nationale docteur Djiddi Ali Sougoudi. Avant d’entrer dans le gouvernement, docteur Djiddi, alimente sa pas Facebook avec une chronique dénommé «CoupdeBadangaï». Une Chronique dans laquelle il analyse l’actualité et donne son opinion sur divers sujets répondant lui même à chaque commentaire et question. C’est toujours le cas s’agissant des commentaires et réponses. Sa dernière sortie qualifiant ceux qui ont mal interprété un décret instaurant un confinement de la ville de N’Djamena de « moutons sans bergers) a crée un buzz sans précédent sur la toile.

Les autres membres du gouvernement sont présents sur les réseaux sociaux à l’exemple de Cherif Mahamat Zene très actif sur Twitter mais ne crée pas autant de polémiques sur sa personne.

La présidence de la République dispose également d’un compte Facebook et aussi deux pages au nom du président de la République sur le réseau bleu et sur Twitter sont animés par les équipes de communication. Malheureusement souvent des images inappropriées à l’exemple du Maréchal avec les enfants dans un champ de riz ou la mise en scène dans une salle de classe avec des élèves sans fournitures en présence des gardes de corps surarmés.

Dans ses orientations au gouvernement du 14 juillet 2020, le Maréchal du Tchad a demandé aux nouveaux membres d’être solidaires et d’avoir une cohérence dans la communication et l’action gouvernementale. Force est de constater l’absence de cette cohérence.

Chaque Ministre surtout les jeunes ils y vont au grès de leur humeur ou point de vue relatifs aux questions d’ordre public en usant des réseaux sociaux et de fois priorisant leur image personnelle que l’action publique, gouvernementale.

Le digital à ses avantages et les réseaux sociaux peuvent contribuer de manière significative à l’amélioration de l’image publique et l’interaction avec les citoyens. Pour arriver à ce niveau de professionnalisme , la formation des community managers capables d’animer, modérer et innover à travers des contenus attractifs et et utiles est une urgence pour éviter tout désagrément.

La période électorale s’approche et les réseaux sociaux seront utilisés à outrance pour servir ceux qui ambitionnent de faire le bien mais également ceux qui ont des intentions de violence, de division et de haine.

Le gouvernement doit au lieu de restreindre l’accès au réseau sociaux réfléchir à un mécanisme de gestion et de répression des auteurs des propos et actions de haines sur les réseaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *