fbpx

Confinement: l’Amb. Cherif aurait-il décliné de cautionner l’asphyxie du peuple

A N’Djamena, tout porte à croire que les mesures prises par le ministre secrétaire général de la présidence de la République n’ont pas l’avale de tous les membres du gouvernement.

Selon nos confrères de Tchadantropus, certains membres du gouvernement n’étaient pas conviés à la réunion de crise sanitaire, dont leurs départements joueraient un rôle essentiel dans la lutte contre cette pandémie.

La même source, appuyée d’une autre, rapportent également que l’Ambassdeur Cherif Mahamat Zene, ministre de la communication, qui devrait lui même animer et ordonner les médias à exécuter la communication de la crise sanitaire, était en désaccord avec certaines décisions, pire, il serait présenté devant les faits accomplis.

La partie la plus piquante de cet épilogue, parmi les entités citées dans le décret, autorisées à fonctionner, aucune liste des médias n’est mentionnée. Cette omission aurait-elle des liens avec le désaccord de certains membres du gouvernement contre le confinement?Nous le saurons.

Quand au ministre de la santé, rien ne filtre, il est beaucoup plus occupé à faire respecter les mesures barrières et réduire sa propagation que de confiner toute la ville.

De l’autre côté, «l’antidote de la lutte contre le coronavirus», le professeur Choua Ouchemi, coordinateur national de la riposte sanitaire, aurait de vive voix, déconseillé le confinement total de la ville de N’Djamena lors de la réunion de la crise sanitaire, chose qui fut rejetée immédiatement.

La confusion plane sur les citoyens, le gouvernement doit faire une bonne communication de crise, certaines confusions peuvent entraîner des tensions, c’est ce que l’État, en tant que garant de la stabilité et de la cohésion sociale devrait veiller dans les moindres détails et prendre les choses en main.

TOUMAÏ WEB MÉDIAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *