fbpx

Burkina Faso: Apparition d’une image attribuée à la Vierge Marie à Ouagadougou


« Apparition de la Vierge Marie » à un quartier de Ouagadougou» : les Kargougou ploient sous le poids des visiteurs

La famille des Kargougou au quartier Ouidi est située à 500 m de la paroisse notre Dame du rosaire de Kologh-naaba. Après avoir suivi quelques indications, nous nous retrouvons dans la rue où elle habite. Elle ne désemplit pas des curieux mais aussi de fidèles venus prier. Un semblant d’ordre y règne avec un parking de mobylettes improvisé pour sécuriser les engins des nombreux visiteurs des Kargougou. « Il y a peu de monde en ce moment. Pour l’instant on est 4 à surveiller les mobylettes. A l’heure de la descente nous allons recevoir de nombreuses personnes et je suis obligé de faire appel à d’autres surveillants en plus de nous 4 », nous apprend le responsable du parking qui visiblement se frotte les mains.

Pour accéder à la cour des Kargougou, il faut se mettre en rang au niveau de deux portes que des jeunes de la famille tentent tant bien que mal de contrôler. Les nombreux hôtes inconnus de la famille entrent par vague et chacun, une fois sur la terrasse de la maison, tente de faire un cliché, de se prosterner ou de toucher la tache attribuée à la Vierge, en signe de respect et d’invocation. Certains fidèles, assis à même le sol , égrainent leur chapelet en attendant leur tour d’approcher la “sainte” image.

Selon l’un des petits fils du défunt Moussa Kargougou, Jean Luc Kargougou, la famille aurait reçu des révélations dans lesquelles la Vierge Marie leur parlait de repentance. « Elle nous a invités à laver nos cœurs impurs et à persévérer dans la prière. Elle est descendue avec ses grâces pour nous manifester sa puissance en ce mois d’octobre qui lui est dédié », a-t-il expliqué.

« Des Hadja qui ont des enfants catholiques »

L’un des fils de feu Moussa Kargougou qui était polygame, Roch Zéphirin Kargougou, a confié qu’il souhaite que la Vierge qui est apparue à leur domicile, assiste leurs mères malades. « Cette grâce n’est pas pour nous seuls, mais pour le Burkina Faso tout entier qui a besoin de paix. Nous sommes, dans la famille, les uns catholiques, les autres musulmans. Notre père s’est fait baptiser à ses derniers jours. Nos mamans ont été en pèlerinage à Rome et à la Mecque. L’essentiel pour notre père, c’était que nous appartenions à une religion. Des Hadja qui ont des enfants baptisés dans le catholicisme , on en trouve chez nous. Dieu est partout. Nous vivons en parfaite harmonie », a-t-il conclu.

Nos tentatives pour avoir le son de cloche de l’Eglise du Burkina Faso à travers la paroisse de Kologh-naaba sont restées vaines au motif que le curé est de repos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *