fbpx

Énergie : Le Tchad pourrait-il s’inspirer des Emirats Arabes Unis dans la gestion du gaz

Dans ce numéro d’Inspire Middle East, repris par africanews, Daleen Hassan va évoquer les ressources naturelles des Emirats Arabes Unis, et en particulier le gaz, au regard des récentes découvertes.

Direction ensuite le centre de gestion des déchets liés au Covid-19 d’Abu Dhabi, Tadweer. Nous allons découvrir l’impact environnemental de la pandémie, et quels sont les effets de la hausse de la demande de gants en pastique et de masques à usage unique.Le gaz, pétrole de demain ?Alors que les besoins en énergie des pays du Conseil de coopération du Golfe augmentent, et que de nombreux gouvernements cherchent à diversifier leurs sources d’énergie, Rebecca McLaughlin-Eastham a cherché à savoir si le gaz pouvait être le pétrole de demain.Pour diversifier leurs sources d’énergie en dehors du pétrole, et garantir la sécurité des approvisionnements à long terme, les Émirats Arabes Unis s’intéressent au gaz.Le pays nourrit l’ambition de devenir autosuffisant pour ses approvisionnements en gaz d’ici à 2030. Ce projet a pris une nouvelle ampleur, grâce à ce qui pourrait constituer la plus grande découverte de gaz naturel au monde de ces quinze dernières années, entre Abu Dhabi et Dubaï.Et d’après des experts, le réservoir de Jebel Ali pourrait couvrir la totalité des besoins en gaz du pays, pendant près de 30 ans.Grâce à des découvertes récentes, les Émirats Arabes Unis occupent cette année la 6e place du classement des réserves mondiales de pétrole et de gaz, selon l’agence de presse émiratie WAM.L’émirat de Sharjah affiche d’importants besoins en énergie. Et Crescent Petroleum of Sharjah est ici l’un des acteurs phares du secteur. Créé en 1971, il s’agit du groupe industriel de pétrole et de gaz en amont le plus important et le plus ancien.À une époque où le gaz naturel était le plus souvent considéré comme un produit de seconde zone lié à l’exploitation pétrolière, Crescent a préféré adopter une vision à long terme et investir dans les moyens à mettre en oeuvre.Ici, l’entreprise a été la première à s’implanter sur le marché intérieur du gaz, ce qui a conduit à fonder Dana Gas en 2005. Aujourd’hui, celle-ci possède des actifs en matière d’exploration et de production en Égypte, dans la région du Kurdistan irakien et aux Emirats Arabes Unis.En janvier, Sharjah a annoncé sa première découverte de gaz onshore de ces 40 dernières années, et pour savoir comment le secteur pourrait continuer à se développer dans les années à venir, nous avons discuté avec Majid Jafar, le PDG de Crescent Petroleum et directeur général du conseil d’administration de Dana Gas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *