fbpx

Koweït : Une voix diplomatique du monde arabe s’est éteinte

Son demi-frère, cheikh Nawaf al-Sabah, lui succède à la tête du richissime émirat pétrolier.Au pouvoir depuis 2006, l’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, âgé de 91 ans, est décédé mardi aux États-Unis. Il était hospitalisé depuis juillet outre-Atlantique, après avoir subi une opération dans son pays.À la tête de ce riche pays pétrolier, cheikh Sabah était une voix conciliatrice dans une région marquée par des divisions entre monarchies. C’est lui qui jouait le rôle de médiateur dans la guerre qui oppose, depuis 2017, le Qatar à ses voisins saoudien et émirien.Situé à la pointe nord de la Péninsule arabique, proche politiquement de l’Arabie saoudite, l’émirat du Koweït est un allié historique des États-Unis. En 1991, les troupes américaines, alliées à d’autres forces, boutèrent les soldats irakiens du Koweït, six mois après l’invasion de l’émirat, décidé par Saddam Hussein.Sous la férule de cheikh Sabah, le Koweït est resté discret, mais sa capacité financière en faisait un intervenant souvent incontournable sur la scène moyen-orientale. Cheikh Sabah a longtemps dirigé la diplomatie koweïtienne, poste qui lui permit de se familiariser avec tous les grands de ce monde et de jouer ce rôle de médiateur, salué par tous. « C’était l’homme le plus solide du pays, relève l’ancien ambassadeur de France au Koweït, Charles Henri d’Aragon. Je l’ai connu en 1992 quand il était ministre des Affaires étrangères, c’était un homme doté d’une grande expérience des affaires internationales, un sage écouté et respecté. »La rumeur de sa mort a couru dès mardi matin, lorsque le président du Parlement et une poignée de députés ont quitté soudainement l’hémicycle pour se rendre au palais al-Bayan, la résidence de l’émir. Puis, en début d’après-midi, la télévision et la radio d’État ont diffusé des chants coraniques, signe généralement de la disparition d’un dignitaire. Juste après, cheikh Ali al-Jarrah al-Sabah, ministre en charge du Bureau de l’émir, a officiellement annoncé la mort du dirigeant koweïtien.Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *