fbpx

Divers: Un étudiant déclare son amour à Amina Priscille LONGOH

CHALMANA YISSIBI étudiant en philosophie à l’université de Bourgogne declare son Amour à la Ministre des femmes et de la protection de la petite fille.

Dans sa déclaration que nous publions l’intégralité, en bon philosophe en herbe, CHALMANA se lance dans un langage profond et passionné pour décrire ce qu’il récent envers la Ministre Amina Priscille LONGOH

Chère AMINA

Certains enhardissent tout dans une oeillade, d’autres plus intrépides obtiennent un rancard ; moi, j’opte ratiboiser mon aigrette pour proférer ce que mes yeux éblouis ne savent pas exhiber, ce que ma bouche aérée a cent fois affriolé de certifier avant d’abdiquer, saisie d’appréhension.Subjugué dès pressant où je t’ai vu , je ne puis plus taire tout ce que tu m’aiguillonnes.

Te voir fidèlement à la télévision est une lasciveté colossale, une épisode que j’attends avec bouillonnement d’un bambin qui festoie un cadeau. Cela fait maintenant des semaines que ma vie ne respire plus qu’au rythme de ces rencontres furtives.Si j’ai été sitôt patenté par toi, au fil des jours, cette fascination physique s’est chamboulée en une exaltation et une vénération profonde pour la personne que tu es.Je dois bien me le déballer : je suis amoureux ! Je ne sais comment t’ébruiter alias que par ces apophtegmes combien tu me plais, combien je carbonise de mieux te discerner.

Je n’escompte qu’une bagatelle: avoir palper moi aussi ton cœur. Il me semble que c’est là ma plazza et, qu’il vente ou qu’il pleuve, j’ai l’impression de me dégoter sur une île tropicale ! J’ai beau m’éterniser dans la collation , je n’accoste pas à ôter ton aquarelle de mon espritisme où tu es amarinée comme une reine assise sur son trône.

Qui aurait gambergé qu’à des milliers de kilomètres de là se trouvait la personne avec qui je daignerai pâlir le demeurant de mes jours ? Alors aujourd’hui, j’escalade le pont du silence, un pont d’où je t’écartèles la main, transi d’espoir : la prendras-tu ? Avais-tu déceler le flot d’émotions qui me submerge et que j’essaie de cuber, comme une digue de carton croit amarrer un fleuve dont les eaux, affolées, se versent de tous côtés ?J’attendrai avec fièvre et crainte ta réponse qui m’ouvrira le ciel ou me précipitera dans les ténèbres. Je te prie simplement d’être sincère.

CHALMANA YISSIBI étudiant en philosophie à l’université de Bourgogne en France

Malheureusement pour lui, elle est marié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *