fbpx

Tchad : Naissance d’un mouvement citoyen dénommé « Le Temps »

Un nouveau mouvement citoyen dénommé « Le Temps » a organisé, ce 4 septembre, la cérémonie officielle de lancement de ses activités. C’était au Centre culturel Al-Mouna, en présence des responsables des organisations de la société civile et ceux des partis politiques, ainsi que divers autres invités.

Le Tchad a besoin d’un changement ? Peut-être ! Sinon, « Le Temps du Changement » est le thème et slogan qu’a choisi le nouveau né des Mouvements Citoyens au Tchad, pour lancer officiellement ses activités vendredi 4 septembre. Le développement de ce thème a permis au Mouvement Citoyen le Temps (MCT) de justifier le pourquoi de sa naissance et de présenter les missions qu’il compte accomplir, avec le temps. Mais avant cela, la cérémonie a commencé par l’entonnement de l’hymne nationale et la présentation détaillée du MCT.

Selon les organisateurs, « le MCT est une organisation pacifique et non-violente. Il est apolitique et se veut être une force de proposition et d’actions». Son bureau exécutif est composé de deux coordonnateurs, deux rapporteurs et de cinq commissions spécialisées.

En guise d’historique, « le MCT est le fruit d’une assemblée constitutive tenue le 12 janvier 2019, et dont le récépissé de déclaration a été obtenu le 25 janvier de la même année » a indiqué Blaise Dariustone,  modérateur de l’événement. Ce dernier a précisé que les objectifs du MCT sont entre autres,

  • de former les jeunes à la prise de conscience citoyenne en vue de leur participation constructive au développement durable du pays,
  • d’éduquer à la promotion des Droits Humains,
  • de promouvoir la citoyenneté en milieu jeune, etc.

Dans son discours de lancement, le coordonnateur principal du MCT, Kemba Didah Alain a d’abord passé au peingne fin la situation politique, sociale et démocratique du Tchad, qui d’après lui, n’est qu’un tableau sombre, avant de dire que « malgré cela, la jeunesse tchadienne reste optimiste et déterminée face à ceux qui ont pris son avenir en otage. Elle, cette jeunesse, exprime chaque jour sa soif du changement à y parvenir par une lutte non-violente ».

Selon Kemba, son organisation est apolitique et se veut être une force de proposition et d’actions dans le but de renforcer au niveau des jeunes, du peuple, des dirigeants, et des élites politique, la culture de la citoyenneté, des droits humains et de la démocratie, de cohésion sociale, d’unité nationale, de bonne gouvernance, de recevabilité, du développement durable, etc.

« La jeunesse veut s’inscrire à l’ère de son temps. Le temps où la force des arguments et des convictions triomphe devant toute force d’oppression » a lancé le coordonnateur principal, avant de dire que «  ces sont ces sentiments qui ont amené les jeunes à créer le mouvement citoyen Le Temps ».

C’est par un mot de remerciement et par l’intervention de quelques invités que cette cérémonie a pris fin.

@TWM Moïse Dabesne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *