fbpx

Madagascar : des milliers d’habitants en attente de dons

À Antananarivo, 300 000 ménages devraient bénéficier de l’aide sociale des bailleurs de fonds pour les aider à surmonter la crise économique engendrée par l’arrivée du coronavirus et du confinement. Jusqu’à présent, 150 000 foyers ont déjà bénéficié soit d’un don en espèces s’élevant à 15 000 Franc CFA, soit un panier alimentaire. Mais de nombreuses personnes pauvres déclarent n’avoir reçu aucune aide. D’autres que les dons sont insuffisants.

Cela fait cinq mois qu’Annick attend de recevoir une aide des bailleurs de fonds. Comme 500 bénéficiaires aujourd’hui, elle fait la queue dans cet amphithéâtre pour obtenir un panier de dons alimentaires contenant du riz, de l’huile, des lentilles et des produits laitiers.

“J’ai vraiment attendu longtemps, et enfin j’ai pu recevoir les dons aujourd’hui, je suis tellement contente. Avec ces dons, ma famille peut survivre pendant un mois, voire deux mois. Moi je ne touche pas de salaire comme les autres donc ça m’aide beaucoup.”, se réjouit cette veuve et mère de trois enfants.

Comme Annick, Sanda fait partie de la liste des bénéficiaires. Pourtant, les organisateurs lui ont interdit de récupérer un panier, expliquant qu’elle avait déjà reçu une aide financière. Déçue, la mère de famille dénonce un manque d’organisation.

“J’ai reçu un don de 100 000 ariary (15 000 francs CFA) il y a très longtemps au tout début du confinement. Je n’ai eu que cette aide financière mais ce n’est pas assez car je suis très pauvre. / Je devais laver des linges aujourd’hui, j’ai laissé ce travail de côté pour chercher ce panier de nourriture. Je n’ai pas reçu le don et j’ai perdu le salaire que je pouvais gagner aujourd’hui.”

Zara Soa vit dans une petite chambre avec son mari et ses neuf enfants. Cette vendeuse ambulante a fait toutes les démarches mais n’a reçu aucune aide.

“Je viens d’accoucher donc je ne travaille pas, mon mari est porteur, il gagne entre 500 et 800 Francs CFA par jour. C’est avec ça qu’on paye le loyer et notre nourriture.”

Le gouvernement tente de rassurer les personnes qui n’ont pas encore obtenu les dons. La distribution prendrait du temps pour éviter les détournements et respecter les mesures sanitaires, explique Hery Rasoamaromaka, gouverneur de la région analamanga.

“Il y a des listes affichées et le nom de chaque foyer bénéficiaire doit y figurer. Si une personne n’est pas dans la liste, elle peut déposer une plainte, et on s’occupera de son cas. Tout le monde doit bénéficier de l’aide selon le président de la République, surtout les plus pauvres.”

Jusqu’à présent plus de 40 000 Tananariviens ont porté plainte auprès de la Mairie en affirmant qu’ils n’avaient pas reçu les dons. Des milliers de personnes ont également manifesté dans plusieurs quartiers de la capitale pour la même raison. En cinq mois, la moitié des bénéficiaires a reçu l’aide des bailleurs dans la capitale, soit 150 000 foyers sur 300 000

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *