fbpx

La communauté internationale appelle à la libération “immédiate” du Président IBK

les réactions se multiplient pour condamner l’arrestation par des mutins du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, ayant mené à sa démission dans la nuit de mardi.

Le chef de l’Etat et son premier ministre ont été arrêté aux environs de 17h30 et conduit au camp de Kati d’où étaient partis les mutins dans la matinée, amenant le Président de la Commission de l’Union Africaine à condamner “toute tentative de changement anti constitutionnel”, et à appeler les mutins à “cesser tout recours à la violence”, demandant le “respect des institutions républicaines”.

Moussa Faki Mahamat@AUC_MoussaFaki Je condamne énergiquement l’arrestation du Président Ibrahim Boubacar Keita, le Premier Ministre et autres membres du Gouvernement maliens et appelle à leur libération immédiate. #Mali

Quelques heures plus tôt, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) avait aussi condamné le renversement du président malien et de son Premier ministre par des « militaires putschistes », exigeant leur libération et annonçant des mesures immédiates, dont la fermeture des frontières ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières.

Le communiqué annonce que le Mali est suspendu de toutes les instances dirigeantes de la Cédéao jusqu’au retour de l’ordre constitutionnel, et s’engage à sanctionner les mutins et leurs soutiens

De son côté, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a apporté son “plein appui” à l’Union africaine et à la Cédéao, pour parvenir à “une solution négociée” et“pacifique.

Une visioconférence des chefs d’Etat de la Cédéao sur « la situation au Mali » se tiendra ce jeudi sous la présidence du président du Niger Mahamadou Issoufou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *