fbpx

Côte d’Ivoire: plus de 900.000 nouveaux électeurs sur les listes

Plus de 900.000 nouveaux électeurs se sont inscrits sur les listes électorales en Côte d’Ivoire cette année, portant le nombre total d’électeurs inscrits à 7,5 millions avant l’élection présidentielle d’octobre, a annoncé mardi le président de la Commission électorale.

« Après le traitement des données » de l’opération de révision des listes menée du 10 juin au 5 juillet, « le nombre de nouveaux électeurs inscrits s’élève à 904.956 », portant le total d’électeurs inscrits à « 7,5 millions », a déclaré Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, le président de la Commission électorale indépendante (CEI), lors d’une conférence de presse.

Il a relevé un « bond quantitatif » dans cette révision, celle de 2018 n’ayant en effet permis d’enrôler que 277.000 nouveaux électeurs. En 2019, il n’y avait pas eu de révision, bien qu’elle doive être menée chaque année selon la loi, a-t-il précisé.

Ces chiffres (de 2020) sont quasi-définitifs, mais peuvent encore évoluer légèrement à l’issue de la période de contentieux, qui permet aux électeurs de contester une inscription ou une absence d’inscription, a encore précisé M. Coulibaly-Kuibiert.

Avant la révision, la CEI avait estimé que cinq millions d’Ivoiriens n’étaient pas inscrits, tout en relevant que seulement 250.000 personnes s’enregistraient lors de chaque révision annuelle en moyenne.

La Côte d’Ivoire compte 25 millions d’habitants, avec une population très jeune et plusieurs millions de résidents étrangers. Il n’existe pas de statistiques récentes et fiables sur le nombre exact d’Ivoiriens majeurs.

A propos de la polémique lancée par des supporters de l’ancien président Laurent Gbagbo qui protestent contre son absence, selon eux, des listes électorales, M. Coulibaly-Kuibiert a expliqué que toute personne condamnée pour un délit ou un crime à une privation de ses droits civiques était rayée des listes lors de la révision.

En novembre 2019, la justice ivoirienne a condamné en appel par contumace M. Gbagbo à 20 ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

« Qu’ils viennent saisir la Commission électorale indépendante pour porter cette situation qu’ils considèrent irrégulière à son attention. Et à l’occasion de cette révision avec preuves à l’appui, nous allons vérifier si effectivement ils remplissent les conditions prescrites par la loi et ce faisant nous allons faire droit à leur requête. Si tel n’est pas le cas mais ils seront radiés de la liste électorale conformément à la loi. » a précisé M. Coulibaly-Kuibiert.

Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *