fbpx

Abéché : Une maladie mystérieuse menace la population sous le silence des autorités

Abéché chef-lieu de la province du Ouaddaï fait face, depuis quelques jours à une nouvelle forme de maladie contagieuse. La maladie est apparue, au quartier Djatinié  avant de se propager dans les autres quartiers.

Cette maladie se manifeste par une musculation articulaire, démangeaison, accompagnée d’une forte diarrhée, fièvre et pour aller aux besognes, il faut se tenir debout à cause de la contraction musculaire.

La prorogation est rapide avec une contamination à proximité d’une personne infectée. Ainsi, dans ce quartier du 2ème arrondissement et du 6ème de la ville d’Abéché, plusieurs familles vivantes dans une même concession ont été attaquées.

Une personne infectée contactée au téléphone témoigne que cette maladie est apparue dans la ville il y’a de cela quarante ans et jadis appelé KOURNGALE, en dialecte local.

Il soutient que la maladie a apparu après avoirs touché une ancienne tombe d’un malade (Ce qui reste à vérifier avec l’expertise sanitaire de la délégation concernée).

De l’autre côté, notre tentative d’appel téléphonique aux responsables chargés de la santé provinciale est restée sans réponse. Selon les habitants du quartier infecté, les techniciens de la santé assurent tout de même qu’il s’agit d’un simple palu.

Ne devrait-on pas s’interroger si le palu est contagieux et a pour symptôme la paralysie physique temporaire.

«Il faut battre le fer quand il est chaud», dit le dicton, la délégation sanitaire doit porter plus de regard sur cette situation pour sauver la population.

@TWM Mahamat Hassan Nasradine

3 pensées sur “Abéché : Une maladie mystérieuse menace la population sous le silence des autorités

  • août 5, 2020 à 12:33
    Permalink

    اللهم احفظ الأهل والأصدقاء والبلاد من كل داء

    Répondre
  • août 5, 2020 à 8:44
    Permalink

    La maladie est un phénomène culturel.Pour trouver une meilleure solution à cette maladie,il faut qu’il y ait des anthropologues pour le bien être de la population.Car,les anthropologues sont mieux placés pour ce genre de problème.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *