fbpx

COVID19 : Mise en œuvre d’une approche communautaire par CARE International

Le coronavirus est considéré comme la pire crise sanitaire qui touche presque tous les pays et avec des conséquences dévastatrices dans les pays pauvres au système de santé fragile comme le Tchad. Elle a affecté presque toutes les couches en particulier les personnes vulnérables. Coronavirus a eu un impact sur les activités socio-économiques et a perturbé considérablement l’accès aux services de santé. Les réfugiés et les déplacés vivants dans les camps sont plus affectés. On constate une augmentation de la malnutrition infantile dans les camps des réfugiés.  

Pour faire face à cette situation, CARE International au Tchad continue à mettre en œuvre ses programmes tout en les adaptant au contexte de la pandémie. Pour ce qui est de la réduction de la malnutrition aiguë chez les enfants de moins de 5 ans, CARE développe une approche communautaire appelée Foyer d’Apprentissage et de Réhabilitation Nutritionnelle (FARN). Il s’agit d’une stratégie d’intervention utilisant la déviance positive afin de promouvoir l’implication des communautés et particulièrement des femmes dans la recherche de solutions pour prévenir la malnutrition.

Ainsi, la récupération nutritionnelle des enfants mal-nourris et l’acquisition par les mères de connaissances en vue d’un changement de comportement à long terme constituent les deux aspects de l’objectif global des foyers d’apprentissage et de réhabilitation nutritionnelle.

Dans les FARN on y prépare la bouillie à base produits locaux (arachide, sorgo, niébé et bien d’autres ingrédients). Cette bouillie appelée « bouillie enrichie » est distribuée aux enfants admis dans ces foyers. En cette période de pandémie, le nombre des enfants admis dans les FARN a passé du simple au triple. Durant la période d’avril à juin 2020, 478 enfants de 6 à 59 mois identifiés avec cas de Malnutrition Aigüe Modéré (MAM) et ont été admis dans 13 Foyers d’Apprentissage et de Réhabilitation Nutritionnelle (FARN) mis en place par CARE International dans le cadre du projet « Assistance multisectorielle aux réfugiés, retournés et communautés hôtes dans les Sud du Tchad » financé par le gouvernement américain. Aussi, 148 autressont identifiés avec cas de Malnutrition Aigüe Sévère (MAS). Ces derniers sont référés dans différentes Unités Nutritionnelles Ambulatoires (UNA) de la zone du projet (Département de Barh Sara et de Moula dans la province du Mandoul, Département de la Nya Pendé dans le Logone Oriental).

ZOULEYATOU ISSA est la mère des jumelles prises en charge au FARN de Doholo, elle raconte : « Ce dernier temps nos enfants tombent beaucoup dans la malnutrition car nous ne pouvons plus se nourrir comme avant. Compte tenu des mesures barrières de covid-19, nous ne menons plus les activités génératrices de revenus, nous ne vivons que de soutiens des organisations humanitaires et ces appuis ne couvrent pas nos besoins » 


Hawa Bouba quant à elle apprécie le FARN en ces termes : « Le FARN est une approche bien adaptée à nos réalités, j’ai fait 9 jours avec mon enfant ici mais il va de mieux en mieux. Au-delà de guérison de nos enfants, nous apprenons les bonnes habitudes à travers les mamans lumières pour nourrir nos enfants avec le peu des moyens que nous disposons. C’est vraiment encourageant et nous remercions CARE International pout tout cela ».



Le FARN permet non seulement de responsabiliser les familles dans la reconnaissance et la prise en charge des cas de malnutrition dans la communauté, mais amène également les femmes à apprendre et à adopter de bonnes pratiques alimentaires, d'éveil de l'enfant, d'hygiène, et de soins de santé.
CARE International mène des actions visant à promouvoir un monde d’espoir et de justice sociale pour l’éradication de la pauvreté mais, elle aide également les populations à faire face aux crises grâce à la réduction des risques de catastrophe, aux secours d'urgence, à la préparation et au relèvement après ces crises. Et c’est bien le cas de la pandémie Covid-19 qui a affecté profondément la vie sociale d’une manière générale et surtout les couches vulnérables en particulier.
 
Service Communication et Plaidoyer CARE International au Tchad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *