fbpx

Forteye critiqué pour avoir exigé le respect des mesures du gouvernement

Forteye, la cible des critiques qui font dormir debout !

Des reproches dénudés de tout fondement accablant des personnalités publiques sont devenues légion. Adoum Forteye vient de faire les frais, lui qui est victime d’une cabale menée par des détracteurs, tapis dans l’ombre, qui n’ont trouvé mieux que de s’attaquer à la personne du Gouverneur l’accusant d’avoir……. ?

Or, pour attribuer à tort ou à raison la paternité d’un mauvais acte, le bon sens commande de connaître ou à la limite se renseigner sur la personne mise en cause. En effet, M. Adoum Forteye Amadou, géographe de formation, est  parmi les rares jeunes qui ont gagné la confiance du Chef de l’Etat par leur sens du travail et leur sérieux. Des critères qui ont sans doute conduit la Plus Haute autorité du pays à lui confier le poste stratégique en charge de la jeunesse et des sports en 2013 alors qu’il n’a que 35 ans.

Loin d’être le fruit du hasard, ce choix a contribué à forger la personne. Ses collaborateurs et les animateurs du secteur peuvent en dire plus. C’est surtout son passage à la tête de la province du Lac au plus fort de la crise sécuritaire qui fait l’unanimité des observateurs avertis de la scène nationale. Nombre de concitoyens ont à juste titre réclamé son retour afin de faire face à la recrudescence des attaques terroristes. Bon, là n’est pas le débat !

Le vrai débat aujourd’hui est de savoir les réelles motivations derrières les attaques répétées et gratuites contre M. Adoum Forteye, actuel Gouverneur de la province du Mayo-Kébbi Ouest, lui qui, en bon administrateur et serviteur de l’Etat,  s’est employé très tôt à mettre en pratique les orientions du Gouvernement relatives à la prévention contre la pandémie de la Covid-19.

Briser la chaîne de contamination, il faut l’admettre volontiers, est un exercice délicat qui demande beaucoup de tact car il s’agit en réalité d’aller à l’encontre des habitudes adoptées par la société. C’est normal que cela suscite des critiques dans le seul sens de reprocher les actes afin de susciter une amélioration dans le service public. Mais de là attaquer la personne avec virulence en occultant tout le travail colossale qu’elle abat relève de la mauvaise foidestinée à nuire la personne qui pourtant ne fait que son travail, celui de mettre en application les orientations de la hiérarchie au sujet d’une question aussi importante que la vie de la population.

Attaquer la personne et dénaturer les faits sur le terrain qui parlent d’eux-mêmes,dans ces conditions,est assimilable à une incitation à la désobéissance aux ordres de l’administration publique. Nul n’est au dessus de la loi dit-on, et celle ou celui qui foule au pied l’autorité de l’Etat devrait ni plus ni moins répondre de ses actes. Il s’agit de la vie humaine en ces temps de Covid-19, une question suffisamment sérieuse que ne cernent pas peut-être ceux qui amusent la galerie. Fruit de ce travail acharné, la province du Mayo Kebbi Ouest n’a enregistrée aucun cas de corona virus.

Homme de terrain,  Forteye passe onze jours dans la forêt.

La province du Mayo kebbi Ouest parle d’elle quand à l’insécurité liée à l’enlèvement contre rançon. Adoum Forteye Amadou, dès sa prise de fonction, a pris à bras le corps la question à un moment où les ravisseurs et les semeurs des troubles dictaient leur loi. Le résultat est aujourd’hui là ! Pour en arriver, Adoum Forteye Amadou en février 2020, a passé 11 jours dans la forêt du département d’El-Ouaya  pour  superviser une vaste opération sécuritaire, après l’enlèvement contre rançon d’un père de famille. L’opération a permis de neutraliser deux malfaiteurs et d’arrêter neuf personnes au Mayo-Kebbi Ouest, Mayo-Kebbi Est, à N’Djamena (Chari-Baguirmi) et à Moussoro (Bahr El Gazel).

Loin d’être une anecdote pour flatter, cette descente de terrain est assez révélatrice sur la personne, son engagement et son pragmatisme. Dans le Mayo-kebbi Ouest, Forteye est à son 5ème poste de Gouverneur, un riche parcours qui en dit long sur sa capacité managériale et son sens républicain qui ont partout où il est passé, apporter leurs fruits. L’on peut dire aujourd’hui que celui qui a fait le tour du Tchad est suffisamment averti et connaît mieux que quiconque le prix de la stabilité et de la quiétude.

Au contraire, Forteye mérite reconnaissance et encouragement. C’est aussi ça le bon sens !

Mahamat Hassan Nasradine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *