fbpx

Tchad : A la veille de la fête, les boutiques fermées, tailleurs et clients figés

Contrairement aux années précédentes, les préparatifs de l’Eid al fitr de cette année restent timides en raison de la propagation de la pandémie du coronavirus au Tchad.

Le grand marché qui accueillait bon nombre de la population n’djamenoise est quasiment vide. A cela s’ajoute la fermeture de plusieurs endroits, comme les salons de coiffure, les ateliers de couture et bien d’autres lieux. Toumaï Web Média est parti faire le constat.

Si autrefois les tchadiens attendaient impatiemment la fin  du ramadan pour célébrer l’Eid al fitr al moubarak, moment de joie, de pardon, de retrouvailles en famille et de partage, cette année la réalité est différente.

Face à la propagation rapide du COVID-19, tout le monde ne pense qu’à la crise sanitaire qui a tout mis au ralenti. Pas de préparatifs pour la fête chez certains. Selon Achetou Moustapha Adji, une fille de la vingtaine,  les temps sont très durs, le marché est fermé rien ne bouge et l’état d’esprit n’est pas tranquille. « Moi personnellement je n’arrive pas à penser à la fête. Lorsque je pense à la crise sanitaire que traverse le monde, je me dis peut-être que c’est la fin du monde et les personnes comme moi n’auront peut-être pas la chance de profiter de la vie». S’inquiète-elle.

Même si certaines personnes, ne se préparent pas pour la fête, pour d’autres c’est le contraire comme le cas d’un père de famille, venu chez le couturier avec ces deux garçons de 10 et 8 ans. «Même si nous sommes dans une situation de crise, on ne doit pas oublier que la fête est très importante pour les enfants. On doit offrir des habits comme toujours. C’est pourquoi je suis venu chez le couturier avec les garçons même si je sais que la fête ne sera pas belle. Nous espérons que d’ici ce temps la situation se stabilise », se lamente le père de famille.

Du côté des couturiers, C’est un véritable moment de crise, habitués à un chiffre d’affaires élevé pendant cette période, les ateliers sont fermés et même ceux qui ont eu des autorisations de fonctionnement, la clientèle n’est pas au rendez-vous.

Depuis quelques mois le monde entier traverse une crise sanitaire liée au Covid-19. Cette crise a conduit les autorités tchadiennes a fermé les lieux publics afin de stopper la propagation du virus. Malgré les mesures barrières ordonnées par le gouvernement, le pays connait une augmentation rapide de nouveaux cas d’infections.

Ahmat Adoum Moussa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *