fbpx

Moundou : Les prix des denrées alimentaires en hausse, la population inquiète

Depuis le début du  mois du Ramadan vendredi dernier, les denrées alimentaires de première nécessité connaissent de plus en plus une augmentation des prix sur les différents marchés de la ville de Moundou. Certains produits ont doublé voire triplé de prix. Une situation qui inquiète les jeûneurs et l’ensemble de la population moundoulaise.

Le correspondant de Toumaï Web Média à Moundou a fait le tour dans  quelques marchés ce matin du jeudi 30 avril 2020.

 » Ramadan da hou char al barakat al nas bi fatichou adjour wala battan bi sowou al khoumam gassi le al massakine. Tamane al khoumam da gay bi zit ayi ramadan,hiya Allah karim. » Littéralement en arabe local tchadien que  « le ramadan est un mois de baraka, les gens devraient plutôt chercher la récompense divine  en multipliant les bonnes actions mais pas rendre les denrées alimentaires très chères  pour les pauvres.

Les prix des aliments augmentent chaque ramadan. Mais bon Dieu est grand ». Ce sont les témoignages d’une ménagère rencontrée au marché de Moundou qui est venue faire ses achats. Selon ses explications les denrées alimentaires sont devenues intouchables par les pauvres. La tasse (coro) du sucre qui coûtait 2000 FCFA, se vend aujourd’hui à 2500 FCFA. Le prix de la bouteille d’un litre d’huile appelé communément »huile andouria » qui se vendait 650 fcfa passe 700 fcfa.

La barre de glace dont le prix était connu à 750 fcfa chez les fabricants passe à 1500 FCFA, et vendu en dehors à 2500 et parfois à 3000 FCFA.

A cela s’ajoute aussi le prix exorbitant des autres produits de première nécessité tels que la farine, le riz, l’huile végétale, les oignons, augmentant les soucis de la population en cette période de crise sanitaire liée au Covid-19.

Malheureusement certains consommateurs sont dans l’obligation de se soumettre aux exigences de ces commerçants véreux qui tirent leur épingle du jeu durant chaque mois du Ramadan.

Certains commerçants interrogés par notre reporter, justifient cette augmentation du prix des produits par les difficultés liées à l’importation des produits en période de crise où tout est fermé. Or le gouvernement avait demandé la réduction des prix de tous les produits d’où la suspension de certaines taxes et impôts payées par le commerçant.

Alors pourquoi à la date d’aujourd’hui aucun changement ? Est-ce un manque de volonté ou une non application des mesures dans sa rigueur ?

TWM, Moustapha Mahamat Warou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *