fbpx

Héroïne de l’ombre: Mansoura H. Nouri, la benjamine de l’Assemblée Nationale

En ce mois  de mars Toumaï Web Medias vous amène à la découverte des femmes de l’ombre. Le mois de mars est consacré à la célébration de la femme, de ses efforts, ses combats et ses mérites.

Nous vous faisons découvrir chaque jour, tout au long du mois de mars le portrait d’une femme de combats quotidiens.

Aujourd’hui, nous partons à la rencontre de la député Mansoura Hamid Nouri, une femme tchadienne native de la province de Borkou, une jeune femme, icône de l’éducation féminine au Tchad.

Fonctionnaire au Ministère de l’Éducation Nationale, intégrée en 2004, successivement,  la jeune Mansoura a occupé plusieurs postes : Députée de l’Assemblée Nationale du Tchad depuis 2011 à nos jours. Rapporteur de la commission de la communication, des nouvelles technologies de l’information, droit de l’homme et libertés fondamentales. Membres des plusieurs groupes d’amitié Parlementaire : Tchad- France Tchad-USA TCHAD-UEA TCHAD-TURQUIE TCHAD-EGYPTE Membres aussi  des plusieurs  commissions, comités et groupes de travail entre autres le comité en charge de la révision du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale.

Sur le plan politique : Plusieurs fois a été sollicitée à rejoindre la grande famille du Bureau Politique Nationale(BPN) du MPS. En 2015, elle a été nommée Secrétaire Nationale chargé du bilinguisme 1ère Adjointe.

La rédaction de Toumai Web Médias a opposer quelques questions à cette jeune députée qui a bien voulu nous raconter plus d’elle et de sa vie.

Toumai Web Medias : Dites-nous qui êtes-vous?

Je suis Mansoura Hamid Nouri, une femme tchadienne native du BET, issue d’une famille politico-militaire, née à N’Djaména le 29 Avril 1982, arabophone de formation, j’ai  commencé mes études primaires en Libye en 1989.

Le secondaire et universitaire au Pays, j’ai eu mon Baccalauréats série A4 en 2000 et BTS en Finance et comptabilité à l’institut ISTA, en 2004, avec mention Excellent.

En 2005, j’ai eu une Maîtrise en Histoire-géo à l’université Roi Fayçal, avec mention honorable. J’ai continué  mes études supérieures au Soudan, Doctorat de 3ème cycle en Relations internationales ( la diplomatie ) sous le  thème: les Relations Tchado-Soudanaise sous la crise du Darfour entre 2003-2009, en 2012 au Soudan.

Je suis la benjamine de la troisième législature en cours, j’ai été élue député de la circonscription administrative du Département du Faya/ Province du Borkou en 2011.

Diplomate convaincue, elle est nommée Secrétaire Nationale chargée des relations extérieures et les militants de  la diaspora, 2èmeadjointe.

Sur le plan international,  en janvier  2012, elle a été élue vice-présidente de la conférence interparlementaire des femmes musulmanes en Indonésie.En Janvier 2018, élue Présidente du groupe parlementaire des femmes musulmanes africaines de l’union interparlementaire des pays membres de l’OCI.

La participante du Programme de Leadership des Visiteurs Internationaux (IVLP) intitulé Femmes leaders : Promouvoir la paix et la sécurité, est initiatrice de plusieurs  projets durables, dont celui de la lutte contre les scorpions au BET et l’autre sur le développement du secteur dattier du Borkou.

Toumai Web Medias : Vous êtes mariée et mère de famille? Oui je suis mariée

Toumai Web Medias : Quelles sont vos impressions sur les femmes dans votre domaine d’activité ?

 La prise de conscience entre les femmes dirigeantes sur la nécessité de travailler e avec harmonie afin de pouvoir préserver nos droits statutaires, participer à l’émergence du Tchad et laisser un bon exemple derrière nous.

Toumai Web Medias : Que représente le 08 mars pour vous ? Un mois de révision, de réflexion et rectifications et des certains projets et visions.

Toumai Web Medias : Un mot à l’endroit de la Jeunesse tchadienne.

Le développement repose sur les jeunes, surtout notre génération c’est la plus instruite dans l’histoire du Tchad dans tous les domaines: technologiques, médecins, chimiques, lettres…… , donc on doit travailler dur et fort en pensant sur l’intérêt général loin du l’égoïsme, avoir une large vision et surtout aimé jalousement notre Patrie.

«Je conseille mes frères et sœurs d’être unis, courageux, audacieux, déterminés pour relever les défis, celui de construire le Tchad que nous voulons, car l’avenir du notre patrie est entre nos mains, la jeunesse est la force absolue d’un Pays»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.