fbpx

Héroïne de l’ombre : Hapsita Doudji, le secret de l’organisation logistique en poche

Dans le cadre du mois de la femme, Toumaï Web Medias a ouvert un dossier intitulé Héroïne de l’Ombre, dans lequel, nous partons à la découverte des femmes tchadiennes, pleines de potentialité et de talents, qui apportent un plus au développement socioéconomique du Tchad. Aujourd’hui, dans ce dixième numéro, Hapsita Doudji a accepté de s’entretenir avec nous

Logisticienne de profession, Hapsita Doudji est une jeune femme laborieuse. Femme engagée, leader et de nationalité tchadienne, elle dit avoir une passion de défendre la cause féminine dans la promotion de l’excellence.

Nantie d’une maîtrise en Droit des Affaires, obtenue à l’Université de Yaoundé 2 Soa et un Master en Procurement, Hapsita Doudji, a huit années d’expérience professionnelle à son active  et travaille actuellement à la Firme Internationale Schlumberger, comme Coordinatrice de l’approvisionnement.

Six semaines de formation à l’Université Rutgers du New Jersey dans le «Programme Engagement Civique grâce à la prestigieuse bourse Mandela Washington en 2019 ».

Hapsita Doudji, était à la même année, la seule femme tchadienne à participer au Laboratoire Mondial d’innovation sur les Objectifs de Développement Durable à Shenzhen en Chine sur l’ODD4, Éducation de Qualité.

Très active dans le milieu de l’entreprenariat, elle est Fondatrice de Focus International, une association qui vise à établir le leadership féminin au Tchad. Lui demandant sa projection, elle soutient vouloir encadrer et orienter des jeunes femmes dynamiques détentrices  des projets.

Formatrice certifiée de «Libres Ensemble », elle aime partager ses connaissances, d’où, Formatrice aussi à « HSE for Youth » (un Programme de Schlumberger), destiné à la sensibilisation des jeunes sur des sujets ayant trait à l’hygiène, la santé et la sécurité. Elle espère continuer à mettre ses compétences et ses talents au service de la jeunesse tchadienne afin de relever les défis auxquels, elle est confrontée.

La femme de la trentaine lie avec aisance vie au foyer et professionnelle. Pour rendre agréable le climat de la maison et avoir la sureté de la bonne préparation du repas, elle cuisine elle-même, dit-elle, pour ne pas déroger au respect de la tradition.

  Satisfaites du bonheur qui règne dans sa famille, Hapsita Doudji reconnaît l’importance de l’autonomie de la femme dans la société.

«J’invite mes sœurs à être rigoureuse, attentives et actives dans leurs activités» Hapsita Doudji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.