fbpx

Conférence débat à la Maison de la Femme autour du Thème «Femme, Art et Culture»

Dans le cadre des thèmes retenus pour les conférences-débats en rapport avec l’épanouissement de la femme durant la Semaine Nationale de la Femme(SENAFET), une conférence-débat placée sous le thème « Femme, Art et Culture a été animée ce vendredi 07 mars 2020 à la maison de la femme de N’Djamena  par Zenaba Mahamat et Ousman Abbas, deux entrepreneurs.

Pour les conférenciers, « par ce temps qui court», que ne faut-il pas faire pour autonomiser la femme? C’est l’une des raisons de l’organisation de cette conférence animée par Ousman Abbas de la plate-forme inter-Art et Zenaba Mahamat femme entreprenante dans le domaine de la poterie.

Cette conférence est animée au milieu des stands et à l’air libre. Plantant le décor, le premier paneliste Ousman Abbas a fait l’éloge de la femme avec beaucoup d’émotion. Sous des ovations et les youyous des femmes, le conférencier déclare que l’entreprenariat vient de la femme, car celle-ci est dotée d’une énorme intelligence.

«Il n’y a pas un meilleur secteur que l’entreprenariat et l’artisanat, un secteur vaste qui contient plus de 400 métiers, la meilleure manière de réussir dans l’entreprenariat c’est de n’est jamais avoir peur d’échouer ». Paneliste Ousman Abbas

La deuxième paneliste madame Zenaba Mahamat, souligne son implication dans la poterie  (fabrication des objets d’arts à base l’argile) avant d’illustrer à l’assistance le travail fait par les femmes des Gaoui ».

Nous les femmes de Gaoui, nous vivons de la fabrication des objets d’art tels que: des canaries, des marmites traditionnelles et bien d’autres. « Nous avons hérité ce métier de nos ancêtres, car c’est avec ça qu’ils se sont occupés de nous et nous faisons ce même métier pour subvenir aux besoins de nos progénitures, Zenaba Mahamat fait savoir à l’assistance. «Nous nous battons également pour la préservation des valeurs ancestrales. Malheureusement les enfants de nos jours ne s’intéressent pas à ces valeurs j’ai peur qu’elles finissent par disparaitre un jour » glisse-t-elle avec un sentiment d’inquiétude.

A travers cette conférence débats, les difficultés dans l’éducation des filles, le manquement de financement, n’ont pas été perdues de vue. Une invite est lancée à l’endroit du gouvernement et les ONG de  venir au secours.

Cette conférence-débat était un véritable cadre d’échange et de partage car elle a permis à plusieurs personnes d’intervenir et de poser des questions.

@TWM AHMAT ADOUM MOUSSA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.