fbpx

Togo : l’Église catholique écartée du scrutin

Elle avait promis de déployer 10 000 observateurs à travers le Togo lors du scrutin de ce samedi. La commission électorale a décliné l’offre de l‘Église catholique ainsi que celle des 500 moniteurs de la Concertation nationale de la société civile.

Si les autorités disent craindre des interférences dans le processus électoral, les évêques demandent aux chrétiens de surveiller les opérations électorales, malgré tout.

“L’accréditation nous donne officiellement l’occasion d’observer. Si nous ne le pouvons pas officiellement, nous avons quand même notre regard et c’est ce que nous appelons la veille citoyenne. On invite alors tous les chrétiens à veiller sur le déroulement du processus électoral. Ils doivent ouvrir les yeux sur les situations d’injustice par rapport au code électoral, par rapport aux violations des droits humains”, a prescrit le père Gustave Sanvee, secrétaire exécutif du Conseil épiscopal du Togo.

Même si les prêtres ont été interdit de militantisme, l‘Église catholique est souvent présente dans la vie politique togolaise. Si la volonté de l‘épiscopat de s’imposer comme facilitateur fait débat, cet universitaire évoque la doctrine sociale de l‘église pour expliquer son engagement.

“Ce n’est pas tant en termes de guerre et de paix. C’est en termes de salut des citoyens, leur corps et leur âme que l’église intervient. L’église n’intervient pas pour le ciel. Elle commence sur cette terre. Vous-même vous savez que Jésus a travaillé trois ans avant son ascension. C’est en ces termes là”, explique
le professeur Magloire Kouakouvi, enseignant chercheur à l’université de Lomé.

Reste que l’impartialité de la hiérarchie de l‘église est sujette à caution. L‘évêque émérite de Lomé Mgr Philippe Kpodzro a ouvertement critiqué le président sortant Faure Gnassingbé et dit soutenir le candidat de l’opposition Kodjo Agbéyomé.

Source: Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.