fbpx

Libye : l’ONU déplore que ses avions soient « empêchés » d’atterrir par les pro-Haftar

L’ONU a regretté mercredi que ses avions soient “empêchés” d’atterrir en Libye par les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar, qui ciblent régulièrement le secteur du seul aéroport fonctionnel de Tripoli, soulignant que cela entravait les efforts humanitaires dans ce pays en guerre.

“L’ONU en Libye regrette que ses vols réguliers, qui transportent son personnel vers et depuis la Libye, ne soient pas autorisés par l’ANL (armée autoproclamée par Haftar) à atterrir en Libye”, a indiqué la mission de l’ONU en Libye (Manul) dans un communiqué.

La mission onusienne, dont la majorité du personnel est basée à Tunis, a précisé que “cette pratique a eu lieu à plusieurs reprises au cours des dernières semaines”.

Le porte-parole de la Manul, Jean Alam, a précisé à l’AFP que “l’ONU ne recevait pas de garanties de sécurité” des pro-Haftar pour que ses avions puissent atterrir dans l’ouest de la Libye.

L’aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel à Tripoli, est régulièrement fermé en raison de tirs ou de menaces de tirs imputés par le Gouvernement d’union (GNA), reconnu par l’ONU, aux forces pro-Haftar.

L’ONU a estimé que le “fait d’empêcher ses avions de voler vers et en provenance de la Libye entraverait gravement ses efforts humanitaires et de bons offices”, notamment “pour fournir l’assistance humanitaire indispensable aux civils les plus vulnérables touchés par le conflit”.

La Libye, qui dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d’Afrique, est plongée dans le chaos depuis la chute du régime Kadhafi après une révolte populaire, en 2011.

Depuis avril dernier, des combats opposent aux portes de Tripoli (ouest) les troupes du GNA aux forces du maréchal Haftar, l’homme fort de l’est libyen qui a lancé une offensive pour conquérir la capitale.

Une trêve a été instaurée le 12 janvier, et des promesses ont été faites lors d’une conférence internationale à Berlin le 19 janvier de mettre fin aux ingérences, d’encourager les négociations et de respecter l’embargo sur les armes.

Des combats sporadiques ont néanmoins toujours lieu quotidiennement près de Tripoli et les armes continuent d’affluer dans le pays.

Source: Africanews et AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *