fbpx

Festival Dogon : Jacques Chirac reçoit les funérailles traditionnelles en sa qualité de « sage Hogon »

Lors du festival annuel dogon Ogobagna, qui s’est déroulé du 27 janvier au 2 février à Bamako, le Président Jacques Chirac a reçu les funérailles traditionnelles en sa qualité de « Hogon », titre honorifique qu’il avait reçu lors d’une visite au pays dogon en 2003.

Après le Président de l’association Gina Dogon, c’est l’ancien Président Amadou Toumani Toure qui a pris la parole pour rendre un hommage vibrant à cet « ami personnel, ami du Mali et de l’Afrique ».

« Le Président Chirac a accueilli son intronisation en qualité de Hogon d’Ireli comme un moment d’accomplissement », a témoigné l’ancien chef d’Etat ATT. « Il savait qu’un tel honneur et une dignité aussi élevée se méritaient et se célébraient ».

SEM Joël Meyer, Ambassadeur de France au Mali, a lu le message adressé à cette occasion par Claude Chirac, fille de l’ancien Président*.

Les danseurs, munis de masques traditionnels aux multiples couleurs, ont ensuite mené des danses animées aux gestes symboliques forts, pour donner au défunt Hogon les funérailles traditionnelles dues à son titre de “Hogon”.

Message de Claude Chirac :

« Monsieur le Président du Festival OGOBAGNA, cher Monsieur Dougnon,

Mesdames, messieurs,

Chers amis,

Ne pouvant pas être parmi vous aujourd’hui du fait de l’état de santé de ma mère, j’ai demandé à Monsieur l’Ambassadeur de France, qui l’a gentiment accepté , de bien vouloir vous lire le message que j’aurais souhaité vous adresser de vive voix.

Ma famille est profondément émue de l’organisation de cette cérémonie. Je sais que mon père, là où il l’est, l’est également.
Il était très attaché à ce titre de Hogon qui lui avait été conféré en 2003, lors d’une visite mémorable à Bandiagara.
Il était fasciné par la culture Dogon dans ce qu’elle porte à la fois de singulier et d’universel et qui a donné tant de chefs d’œuvre au monde.

Je sais que son cœur saignerait de voir les incidents tragiques qui ont récemment encore endeuillé le pays dogon et toute la région. Lui qui était tellement attaché à la paix aurait souhaité voir travailler ensemble tous les hommes de bonne volonté pour rechercher les voies d’un compromis digne, susceptible d’éloigner le spectre de conflits mortifères. Il savait que la violence engendre la violence.

Parce que jeune il avait connu et fait la guerre, il en mesurait les conséquences désastreuses pour les populations, notamment quand la guerre prend sa forme la plus hideuse, celle de la guerre civile, des combats qui dressent les uns contre les autres des amis, des frères, des cousins, des voisins.

Il s’est battu pour le retour à la paix dans les Balkans, en Europe centrale, dans le Haut Karabagh, dans le Caucase Sud. Il s’est battu contre la guerre en Irak dont il avait mesuré le cataclysme qu’elle serait pour tout le Moyen Orient et par effet de dominos pour l’Afrique.

Jacques Chirac aimait votre pays, sa profondeur historique, sa richesse culturelle. Il aimait sa diversité qui était et peut être encore une force.
Vous êtes aujourd’hui réunis pour célébrer sa mémoire. Je vous en remercie du fond du cœur. Un Hogon est parti mais son message reste vivant dans l’esprit de chacune et chacun d’entre nous. Forts de ce que vous êtes, soyez des messagers de paix. Travaillez à la réconciliation des cœurs.

J’ai appris de mon père que chacun peut agir. Il suffit parfois d’un seul homme, d’une seule femme, pour que l’obscurité recule et qu’advienne la lumière.

A chacune et à chacun d’entre vous, tout particulièrement aux organisateurs de cette cérémonie, j’adresse les remerciements les plus chaleureux de toute la famille CHIRAC et notre très respectueux et amical souvenir.

Si je n’ai pas pu être avec vous physiquement, je le suis par le cœur.

Je vous remercie »Distribué par APO Group pour Ambassade de France au Mali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *