fbpx

RESTE-Trust Fund: Chantiers d’intérêts communautaires fleurissent à travers le Cash for Work

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet RESTE-Trust Fund, une rubrique est consacrée à la réalisation des chantiers d’intérêts communautaires. Ce sont des activités que les communautés identifient elles-mêmes au bénéfice de tous et le projet assure la main d’œuvre choisie au sein même des communautés. Ce système appelé Cash for work en anglais et en français travail contre argent ou encore travail contre rémunération est une approche qui consiste à employer temporairement les personnes issues des ménages bénéficiaires, notamment les jeunes et femmes ayant la force de travailler, sur des chantiers publics et/ou communautaires, afin d’appuyer la hausse de leur revenu, mais aussi de réhabiliter et/ou construire les infrastructures sociales de base.

A travers cette activité, plusieurs travaux d’intérêts communautaires ont été réalisés notamment la construction des salles de classe, la construction des latrines dans les centres de santé, le creusage des puits traditionnels, l’aménagement des hangars Foyer Apprentissage et Réhabilitation Nutritionnelle (FARN), des sites de spiruline, la construction des magasins de stockages des céréales, le remblayage des ravins, le défrichage et la sécurisation des sites maraichers.

Pendant une année, 3 750 personnes ont bénéficié d’un cycle de travail de 40 à 60 jours, à raison de 2 500 FCFA par jour travaillé. Environ 129 390 000 (Cent vingt-neuf millions trois cent quatre-vingt-dix mille francs) ont été payés comme rémunération par CARE et Oxfam.

Déjà, visiblement les impacts sont nombreux au-delà du gain financier car plusieurs communautés ont pu, à travers cette activité, réaliser des infrastructures socio-économiques de base. Dans le village Isserom,sous-préfecture de Doumdoum dans le Lac,Ali Mahamat Seïd, notable du Chef de canton témoigne « Notre école est créée depuis 1958 avant l’indépendance du Tchad et n’a jusqu’à présent pas bénéficié d’une infrastructure de la part de l’Etat. On se peine à faire des salles de classe avec les pailles qui arrivent difficilement à la fin de l’année scolaire. Avec l’arrivée du projet RESTE-Trust Fund à travers son activité Cash for Work (travail contre rémunération), nous avons pu construire 3 bâtiments de 6 classes, bien que pas en matériel durable, mais c’est un ouf de soulagement pour les enfants et pour les parents. Du coup l’effectif a augmenté, les enfants viennent nombreux à l’école et tous joyeux. Je peux dire qu’avec le projet RESTE-Trust Fund, le village est en chantier. »

Le projet « Emploi, résilience et cohésion sociale dans la bande sahélienne et la zone du Lac Tchad » communément appelé « RESTE-Trust Fund » est financé par l’Union européenne pour une durée de quatre (04) ans. Il est mis en œuvre à travers un consortium regroupant des ONG internationales notamment Oxfam, CARE, ACF et des partenaires nationaux que sont : AIDER, CHORA et ARDEK avec une implication forte des autorités locales et des communautés ciblées. 

BAIDEBNE Joel TCHOCKE,

Projet RESTE-Trust Fund Tchad.

One thought on “RESTE-Trust Fund: Chantiers d’intérêts communautaires fleurissent à travers le Cash for Work

  • janvier 27, 2020 à 1:33
    Permalink

    Merc à CARE et Oxfam et bravo à ceux qui ont conduit le projet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.