fbpx

Angélique Kidjo, la diva africaine décroche le Grammy du Meilleur album des musiques du monde

Dimanche, au Staple Center de Los Angeles, où se tenait la cérémonie de gala de la 62e édition des Grammy Awards, la voix de l’Afrique a de nouveau tonné. Angélique Kidjo, la diva africaine a décroché le Grammy du Meilleur album des musiques du monde. Le 4e de sa carrière.

C’est Celia, son album de reprises et d’hommage à la diva cubaine Celia Cruz qui a valu à Angélique Kidjo cette énième reconnaissance internationale. Forte de ses nombreuses influences musicales dont la salsa, le jazz ou encore la rumba congolaise, la Béninoise de nouveau démontré avec ce nouvel album toute la pluralité de son talent exprimé avec maestria.

La diva n’en snobe pas pour autant les nouvelles tendances musicales en Afrique, qui expérimentent non seulement les catégories traditionnelles, mais apportent des ingrédients nécessaires à la musique africaine, pour dompter avec davantage de confiance le reste du monde. Dimanche, sur la scène du Staple Center, Angélique Kidjo a rendu un hommage remarqué à l’un des symboles de cette nouvelle génération de musicien, le Nigérian Burna Boy, lui aussi logé dans la catégorie du Meilleur album des musiques du monde.

Dimanche, au Staple Center de Los Angeles, où se tenait la cérémonie de gala de la 62e édition des Grammy Awards, la voix de l’Afrique a de nouveau tonné. Angélique Kidjo, la diva africaine a décroché le Grammy du Meilleur album des musiques du monde. Le 4e de sa carrière.

C’est Celia, son album de reprises et d’hommage à la diva cubaine Celia Cruz qui a valu à Angélique Kidjo cette énième reconnaissance internationale. Forte de ses nombreuses influences musicales dont la salsa, le jazz ou encore la rumba congolaise, la Béninoise de nouveau démontré avec ce nouvel album toute la pluralité de son talent exprimé avec maestria.

La diva n’en snobe pas pour autant les nouvelles tendances musicales en Afrique, qui expérimentent non seulement les catégories traditionnelles, mais apportent des ingrédients nécessaires à la musique africaine, pour dompter avec davantage de confiance le reste du monde. Dimanche, sur la scène du Staple Center, Angélique Kidjo a rendu un hommage remarqué à l’un des symboles de cette nouvelle génération de musicien, le Nigérian Burna Boy, lui aussi logé dans la catégorie du Meilleur album des musiques du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *