fbpx

Niger : un policier tué par des hommes armés dans l’ouest

Un policier a été tué samedi dans l’attaque d’un poste de police situé sur un site aurifère dans la région de Tillabéri, dans l’ouest du Niger, souvent visée par des attaques jihadistes, a indiqué dimanche un élu local et un habitant.

“Un policier a été tué samedi soir dans l’attaque d’un commissariat situé sur le site aurifère de Komabangou par des hommes armés. Un assaillant a aussi été tué”, a indiqué un élu local.

“Des hommes armés sont venus aux environs de 20H00 locales (19H00 GMT), ont attaqué le commissariat de police de Komabangou et l’ont incendié”, a rapporté de soin côté un habitant.

Situé près du Burkina Faso, Komabangou est un site d’orpaillage artisanal qui abrite des milliers de chercheurs d’or nigériens et ouest-africains.

C’est dans cette même région de Tillabéri, également frontalière du Mali, que 14 militaires ont été tués mercredi lors d’une attaque “terroriste” dans la commune de Sanam (département d’Abala), selon le gouvernement.
Le 10 décembre, 71 soldats nigériens avaient été tués à Inates, dans une opération revendiquée par l‘État islamique, la pire attaque au Niger depuis le regain des actions djihadistes en 2015.

Tout le Sahel – en particulier le Mali, le Niger et le Burkina -, est désormais visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste barkhane.

Au Burkina Faso, une attaque djihadiste a fait mardi 42 morts dans le nord, là aussi la pire attaque depuis cinq ans.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou avait annoncé le 22 décembre, lors de la visite du président français Emmanuel Macron, que les pays du Sahel et la France lanceront “un appel à la solidarité internationale” durant un sommet à Pau (sud-ouest de la France) le 13 janvier consacré à la lutte contre les groupes djihadistes.

AFP/Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.