fbpx

La technologie : des réseaux sociaux à l’écosystème startups

Cette semaine, Inspire Middle East s’intéresse à la technologie. A Dubaï, notre équipe s’est rendue au GITEX ? le plus grand salon technologique du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’Asie. Elle s’est ensuite envolée pour la Tunisie, à la rencontre d’une communauté grandissante dans l’écosystème start-up.

Aux Emirats Arabes Unis, les visiteurs ont afflué ce mois-ci au salon GITEX pour découvrir les dernières tendances en matière de mode de vie, de mobilité et d’intelligence artificielle. Les réseaux sociaux et la manière dont les entreprises les utilisent pour cibler les consommateurs était l’autre axe abordé.

Qu’il s’agisse de regarder ses messages, de publier des articles de mode sur des célébrités ou de taguer un ami sur un selfie, la connexion virtuelle est devenue un mode de vie partagé par de nombreuses personnes à travers le monde.

L’année dernière, plus de trois milliards de personnes ont utilisé les réseaux sociaux tous les mois, selon un rapport publié par L’agence internationale We Are Social et la plateforme de gestion des réseaux sociaux Hootsuite. Cela signifie que 42 % de la population mondiale a suivi des forums, publié ou/et fait défiler des flux d’actualité. Face à ce constat, les marques se sont alors posé la question suivante : comment amener les utilisateurs à aimer ce que nous vendons?”

Beaucoup espèrent trouver la réponse au GITEX. Cette plateforme technologique attire chaque année à Dubaï et depuis 1981, les plus grands experts mondiaux du secteur.

Cette année, le Dr Crystal Abidin, anthropologue du numérique, a présenté ses dernières découvertes sur le marketing d’influence et notamment l’astrosurfing ou comment cacher des messages sponsorisés ou des produits dans des images pour influencer secrètement les internautes.

L’équipe d’Inspire Middle East a rencontré le Dr Abidin. Elle nous explique comment les spécialistes du marketing et les partis politiques s’approprient les réseaux sociaux et rusent pour faire passer leur message.

“Vous divertissez les consommateurs en comblant leur appétit pour les ragots. Vous élaborez ensuite un plan pour désamorcer la situation et noyer le scandale tout en conservant l’intérêt des gens avant de leur lâcher la pépite d’or à savoir : le message que vous souhaitez faire passer ou le produit que vous voulez sponsoriser”, dit-elle.

Pour fidéliser leurs clients, certains consultants en marques assurent qu’ils ont besoin d’être au plus proche de leur public et d’exploiter, pour se faire, des plateformes spécifiques.

“Les spécialistes du marketing ont un gros problème à l’heure actuelle. Ils ont tendance à considérer les réseaux sociaux comme un ensemble de contenus et à leur appliquer une stratégie unique. Or, la façon d’intervenir sur Facebook est totalement différente de celle mise en œuvre sur LinkedIn, Twitter, Instagram ou Reddit”, explique Joe Federer, stratégiste en médias sociaux.

Sur LinkedIn par exemple, les publications sont souvent plus conventionnelles et d’ordre professionnelles alors que sur Facebook elles sont plus intimes, en lien avec la famille et les amis.

Sur le site web communautaire Reddit, les utilisateurs peuvent rester anonymes et sont donc plus ouverts. La société de vêtements japonaise UNIQLO a su saisir l’opportunité. Elle apporte une réponse personnalisée à ses clients sur le produit qui les intéresse. Bilan, UNIQLO a vu ses ventes en ligne augmenter de 20 % en 2015. La société a ainsi montré la bonne façon de faire du marketing sur les réseaux sociaux et a trouvé un terrain d’entente entre spécialistes du marketing et utilisateurs.

“Si nous sommes des marques et que nous cherchons à nous engager dans l’espace des réseaux sociaux, alors ce que nous devons faire, c’est trouver le dénominateur commun entre ce que notre marque représente et ce qui intéresse vraiment les gens. Essayez d’imaginer le diagramme de Venn qui combine valeur ajoutée et reconnaissance de la marque”, ajoute Joe Federer.

Le fournisseur de logiciels marketing Emarsys aide plus de 2 000 marques dans le monde à trouver les meilleurs moyens pour atteindre les consommateurs sur les réseaux sociaux et autres plateformes numériques. Adam Szucs, directeur régional de la société est en poste aux EAU. Il nous explique comment les consommateurs préfèrent être ciblés.

“Ici, au Moyen-Orient, les marques peuvent obtenir des données clients beaucoup plus facilement que dans d’autres régions. Par exemple, en Arabie Saoudite, les consommateurs sont presque habitués à donner leur numéro de portable, mais ils n’aiment pas donner leur adresse e-mail, ce qui est exactement l’inverse de ce qui se passe en Europe”, détaille Adam Szucs.

En 2015, le détaillant britannique BrandAlley, spécialisé dans le e-commerce, a été un exemple de réussite en matière de marketing sur les réseaux sociaux. En créant des publicités ciblées pour les utilisateurs de Facebook et Instagram, il a vu ses ventes augmenter de plus de 50%.

Pour Adama Szuc, cela indique que les marques doivent s’adapter à l‘évolution du marché dont les clients sont les principaux influenceurs.

“Ce n’est pas vraiment à vous, à l’acheteur ou à la marque de décider quel canal de marketing vous convient le mieux en tant que client individuel. Chacun a ses préférences. Nous vivons à l‘ère du consommateur, ce qui signifie que ce dernier décide vraiment de la façon dont il souhaite recevoir des informations”, ajoute Adam Szucs.

En définitive, les entreprises doivent tenir compte du coût d’une campagne marketing sur les réseaux sociaux. En moyenne, les marques doivent payer un dollar pour chaque publicité Facebook menant à leur page. Pour le même prix, elles peuvent envoyer 40 SMS par téléphone ou 1 600 e-mails.

Le marché mondial des logiciels de marketing numérique était estimé à environ 37,5 milliards de dollars en 2017, selon le groupe américain de recherche sur les entreprises Analytical Research Cognizance.

D’ici 2026, le marché pourrait avoir plus que doublé pour atteindre environ 90 milliards de dollars, même si, au final, le dernier mot reviendra toujours au consommateur.

Startups et écosystème numérique tunisien

En Afrique du Nord, de plus en plus de jeunes diplômés et de demandeurs d’emploi choisissent de faire cavalier seul en lançant leur propre entreprise technologique. Notre reporter Rosie Lyse-Thomson s’est rendue en Tunisie pour rencontrer une communauté grandissante dans l’écosystème start-up.

En Tunisie, le taux de chômage avoisine les 15 %, l’économie stagne et plus d’un tiers des personnes diplômées sont au chômage, selon les statistiques gouvernementales. De nombreux jeunes tunisiens ont donc décidé de prendre les choses en main et de développer la culture entrepreneuriale et des PME.

Dans un espace de coworking, dans le centre-ville de Tunis, des startups technologiques se préparent à présenter leur entreprise aux investisseurs. Au cours des quatre derniers mois, Flat6Labs les a accompagnées, leur offrant jusqu’à 50 000 dollars de capital en phase de démarrage. L’accélérateur de startups est présent à Tunis, Beyrout et Bahrein. Gagner sa place dans ce programme n’est pas facile. A chaque cycle, seulement 8 candidats sur 400 sont sélectionnés.

“La Tunisie est un endroit très stimulant, il y a beaucoup d’innovations, de nouveaux entrepreneurs, des jeunes intelligents qui cherchent des solutions créatives et innovantes aux problèmes du quotidien. Flat6Labs est présent à Tunis depuis deux ans. Nous avons assisté à nombre de changements autour de l‘écosystème. Nous étions à environ 50 startups quand nous avons commencé, nous sommes maintenant entre 600 et 700”, explique Yehia Houry de Flat6Labs Tunisie.

Bechir Afifi est un jeune diplômé du programme et cofondateur de Fabskill, une startup Tunisienne spécialisée dans la digitalisation du processus de recrutement.

Il a lancé un logiciel d’intelligence artificielle utilisé, depuis son lancement il y a huit mois, par cinq entreprises internationales dans le recrutement de leurs candidats.

“Je pense que si la Tunisie a un avenir, ce sera dans le secteur des technologies numériques et de l’informatique, avec une population très instruite qui travaillera principalement à l‘étranger. Et si nous pouvons donner à ces personnes le bon écosystème ici, si elles peuvent travailler sur des technologies de pointe et des choses plus difficiles, elles pourront créer quelque chose d’impressionnant”, assure Bechir.

PricewaterhouseCoopers estime que l’intelligence artificielle pourrait ajouter jusqu‘à 15,7 milliards de dollars à l‘économie mondiale d’ici 2030, et Bechir n’est pas le seul entrepreneur à se lancer sur ce créneau.

Il y a quelques années, Zohar Slim travaillait pour un SAV informatique dans un centre d’appels. Elle est désormais cofondatrice de l’une des principales sociétés tunisiennes d’Intelligence artificielle. Fondé en 2014, Instadeep, qui compte 60 personnes réparties dans ses bureaux européens et africains, crée des systèmes d’intelligence artificielle qui optimisent les processus de prise de décision dans l’industrie.

“Je pense que la technologie est le bon choix, car nous avons des problèmes en Afrique et au Moyen-Orient et un peu partout dans le monde concernant les importations et les exportations de biens. Il faut attendre, c’est pénible. Mais, pour exporter un logiciel, il suffit de l’envoyer, il n’y a pas de limite. En Tunisie, nous n’avons pas de grandes réserves de pétrole, mais nous avons nos cerveaux. Une grande partie de ce qui se passe ici est en lien avec la technologie”, dit-elle.

L’année dernière, le gouvernement tunisien a promulgué la “Loi sur la création d’entreprise”. Elle implique des réformes et une série de mesures politiques visant à développer l’écosystème entrepreneurial et technologique du pays.

Il y a huit ans, Walid Sultan Midani a lancé Digital Mania, une société de jeux vidéo indépendante. Avec 128 jeux à son actif, l’entreprise s’est orientée vers la réalité virtuelle. Pour Walid, malgré de réelles avancées, trop de bureaucratie étouffe encore l’écosystème des start-ups en Tunisie.

“Je veux aller à 1 000 km à l’heure, je ne peux pas me permettre de n’aller qu‘à 200 km à l’heure. Il y a de nombreux talents ici mais les obstacles sont vraiment frustrants. Ouvrez simplement la porte et laissez faire, vous verrez que dans deux quelque chose de magnifique émergera d’ici”, dit Walid Sultan Midani, fondateur et PDG de Digital Mania.

Comme Instadeep et d’autres startups tunisiennes, Digital Mania a dû transférer son siège en Europe pour contourner les obstacles et se développer.

“Aujourd’hui, nous poussons les gens à créer des start-ups, à créer toute cette valeur, nous disons : allons à l’assault du marché international, mondial, etc. et on n’est même pas en mesure de créer un compte marchand ou d’avoir les mêmes outils que quiconque dans ce monde”, ajoute Walid Sultan Midani.

Les entrepreneurs tunisiens sont fin prêts, ils attendent juste que leur gouvernement leur donne du carburant.

Source: Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *