fbpx

RDC : une ONG appelle à la libération de « tous les condamnés » de l’assassinat de Kabila père

Tous les détenus condamnés pour l’assassinat de l’ex-président Laurent-Désiré Kabila en janvier 2001 doivent être libérés, a demandé mercredi l’organisation congolaise de défense des droits de l’homme la Voix des sans voix (VSV).

La VSV demande aussi dans un communiqué aux nouvelles autorités “de réouvrir le procès inachevé depuis 2003”.

“C’est une demande ferme faite aux autorités”, a insisté auprès de l’AFP le directeur exécutif de la VSV Rostin Manketa.

La VSV a également exprimé “ses vives préoccupations” face “à la dégradation, selon elle, de l’état de santé du commandant Kot Diur”, un militaire congolais condamné dans cette affaire. 

Laurent-Désiré Kabila, père et prédécesseur de l’ex-président Joseph Kabila, avait été assassiné le 16 janvier 2001 dans sa résidence du Palais de marbre à Kinshasa par un jeune garde du corps immédiatement abattu.

“Onze condamnés sont morts en prison”

Plusieurs personnes (Congolais et étrangers) avaient alors été arrêtées et une trentaine condamnées à de lourdes peines (20 ans de prison à la peine de mort) en 2003 par un tribunal militaire d’exception, à l’issue d’un procès controversé. 

“Onze condamnés sont morts en prison, en raison des mauvaises conditions de détention ou de manque des soins appropriés”, a affirmé M. Manketa. 

Le nouveau pouvoir en RDC dirigé par le président Félix Tshisekedi, investi en janvier, prône la réconciliation des Congolais. 

“La réconciliation passe aussi par une justice juste pour tous”, estime le directeur exécutif de la VSV.

M. Tshisekedi succède à Joseph Kabila. Ce dernier a hérité du pouvoir 10 jours après l’assassinat de son père Laurent-Désiré. M. Tshisekedi gouverne cependant en coalition avec son prédécesseur, qui a gardé la majorité au Parlement.

Source: Africanews et AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *