fbpx

Arabie saoudite: 5 blessés dans l’incendie d’une gare

Un énorme incendie s’est déclaré ce dimanche 29 septembre dans une gare de Djeddah en Arabie saoudite, faisant au moins cinq blessés et entraînant la suspension du trafic sur une ligne à grande vitesse, ont indiqué les autorités locales. Les autorités n’ont pas précisé les causes de l’incendie ni s’il avait été circonscrit.

Les forces de sécurité ont fermé l’autoroute reliant Djeddah (ouest) à la ville sainte de La Mecque et encadré les routes autour de la gare Suleimaniya, a constaté un journaliste de l’AFP sur place.

«Cinq personnes blessées dans l’incendie ont été transportées vers l’hôpital», selon la chaîne de télévison Al-Ekhbariya, qui a diffusé des images d’une grande et épaisse colonne de fumée noire s’élevant au-dessus de la gare. Plus tôt, la direction de la Défense civile avait précisé dans un tweet que ses équipes «continuaient de lutter contre les flammes».

Dans une série de tweets, la direction des affaires de santé de Djeddah a conseillé aux citoyens de «rester le plus loin possible des fumées». Elle les a également appelé à «porter des masques» en sortant de leur domicile «pendant la vague de pollution résultant des fumées et des poussières».

Une ligne pour transporter les pèlerins entre La Mecque et Médine

Selon la compagnie ferroviaire, l’incendie a débuté à «environ 12H35». «Par souci de sécurité des voyageurs, les trajets de la ligne à grande vitesse de Haramain (dont fait partie la station Suleimaniya) seront suspendus jusqu’à nouvel ordre», a-t-elle annoncé.

La ligne, qui relie en deux heures les villes saintes de La Mecque et de Médine, via Djeddah, a été conçue pour transporter les pèlerins musulmans ainsi que des voyageurs réguliers. Inaugurée en septembre 2018 par le roi Salmane et mise en service le mois suivant, la ligne de 450 kilomètres est considérée par les autorités comme le plus grand projet de transport du Moyen-Orient. Fin 2011, le consortium espagnol Al Shoula, composé de 12 entreprises espagnoles et de deux saoudiennes, avait raflé ce méga-contrat.

Le transport durant le grand pèlerinage musulman à La Mecque constitue chaque année un défi de taille pour l’Arabie saoudite qui doit gérer des flux d’un grand nombre de fidèles en un laps de temps très court. En 2019, le royaume a accueilli près de 2,5 millions de pèlerins selon le ministère des Transports.

L’Arabie saoudite, première économie du monde arabe, a lancé en janvier un ambitieux programme visant à diversifier son économie, dépendante du pétrole. Un volet de ce programme porte sur les investissements dans les infrastructures de transport.

Le Figaro avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *