fbpx

Af-IGF2019: Clôture du forum africain sur la gouvernance de l’internet, les participants sortent outillés

Après trois jours d’intenses échanges et des débats fructueux, les rideaux sont définitivement tirés sur la 8ème édition du forum africain sur la gouvernance de l’internet à N’Djamena ce jeudi 12 septembre 2019 à l’Hôtel Radisson Blu.

Sous un thème révélateur des réalités africaines en matières de l’économie numérique, l’intitulé : « Responsabilités partagées des parties prenantes pour un écosystème robuste de gouvernance de l’Internet » a permis aux panélistes et experts venus de plusieurs nations africaines et aussi aux participants composés majoritairement des étudiants, de débattre et proposer des solutions africaines aux problèmes africains par les africains.

Au dernier jour de ce forum, les panélistes se sont constitués en trois groupes, chacun est missionné de défendre et d’échanger sur les questions de développement numérique, l’implication des populations des zones rurales, quelle stratégie mettre en place pour faciliter la formations et appuyer les étudiants en matière des nouvelles technologies de l’information et de la communication? Donnant l’opportunité aux jeunes de faire entendre leurs voix pour s’exprimer, les panélistes ont su faire face aux questions envahissantes mais aussi pertinentes.

Younouss Korei, un des participants par ailleurs directeur à l’ANSICE du Tchad a émis son inquiétude de l’inexistence des plates-formes des renoms pour la sécurisation des données internet au Tchad. Les experts devant un public assoiffé du développement numérique ont accueilli cette question avec un soulagement. Même si pour l’instant il n’y a pas ou peu des plateformes dans la sécurisation des données numériques, les travaux de ce forum africain sur la gouvernance de l’internet à N’Djamena entend mettre des stratégies en place pour sécuriser les données, répondent-ils.

A la fin des échanges, les participants à ce forum, se disent satisfaits de l’efficacité des exercices ‘’questions réponses’’, et la motivation de ces panélistes à faire comprendre les enjeux du développement numérique. «  Nous avons appris comment sécuriser nos compte en ligne, surtout les réseaux sociaux, tel que Facebook, whatsap, instagram…, l’avantage de l’internet est qu’il permet de faire des recherches en temps réel et il est l’outil qui permet de booster l’intelligence humaine », s’exclame Aziza Abakar, une Etudiante de HEC Tchad.

Cependant Hani Hassan Mahamat, licencié en audit et comptable, issu d’une Ecole supérieure de Niamey, ne partage pas forcement les mêmes idées « J’ai été quelque peu dessus des assise du forum, car des questions essentielles telles que l’accès de l’internet à tous, la qualité de l’internet et les coûts au Tchad ont été occultés des débats. Oui à la numérisation de nos données, mais donnez-nous accès au numérique » Hani Hassan a également salué le niveau de l’organisation dans son ensemble.

Mariam Sagga, Etudiante aussi à HEC Tchad, qui ambitionne de devenir une icône de la lutte féminine, plaide pour l’épanouissement de la femme tchadienne à travers l’économie numérique. « Ce forum a permis d’améliorer ou même changer ma perception de l’internet, aujourd’hui, avec toutes les connaissances que nous avons accumulé à ce forum, demain nous saurions comment accueillir les questions liées au développement via le numérique », soutient la jeune fille.

Les représentant du président de la République, Kalzeubé Pahimi Debeut, clôturant les travaux, a souhaité aux panélistes qui désirent prolonger leur séjour au pays de Toumai, qu’ils sont chez eux. Le Ministre d’État, Ministre Secrétaire Général à Présidence de la République du Tchad, dit que l’Afrique franchie une phase importante de développement de l’internet à l’issue de ce forum de N’Djamena.

Joignant le bon à l’agréable sur le développement, le Représentant du Président de la République, vise la nécessité d’encadrer, de valoriser et de promouvoir le développent du numérique sur le continent africain, à travers les reformes que ce forum va entreprendre sur l’évolution du numérique. « Nous serons un monde, un internet, et une vision ». Kalzeubé Pahimi a remercié l’Union Africaine pour cet exercice, il dit croire à un écosystème de l’internet dynamique en Afrique.

Au terme de cette 8ème Édition du forum africain sur la gouvernance de l’internet à N’Djamena, Radi Guelouse de la Tunisie, Makaye Fall du Sénégal, et Mouctar Ideli de la Mauritanie, ont reçu des attestations de reconnaissance d’avoir proposé et muris cette idée du forum de l’internet en Afrique.

Il faut rappeler que le forum africain sur la gouvernance de l’internet découle du forum mondial de la gouvernance de l’internet qui a été institutionnalisé en 2011 par l’assemblée générale des Nations-Unies. Le but premier est de promouvoir l’accès à l’information et au savoir, et assurer la transformation numérique de l’Afrique.

Source images: MPNTIC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *