fbpx

Niger: La garde présidentielle aurait tiré sur une civile à Niamey.

UNE SITUATION SÉCURITAIRE INQUIÉTANTE A NIAMEY.

Lors d’un déplacement du président de la République du Niger dans la ville de Niamey, un incident s’est produit selon un témoin, la garde présidentielle aurait tiré sur des civiles sur le passage du président, nous vous proposons de lire l’intégralité du récit d’un témoin oculaire.

Aujourd’hui Mercredi 11 Septembre 2019 aux environs de midi (12h), au sein du ministère des finances de la République du Niger un fait grave, surtout très grave s’est produit.

La garde présidentielle était sur la voie menant du rond point hôpital au rond point de la justice jusqu’à siège de la BSIC. ( un jalonnement comme ils le disent dans le jargon militaire) alors à midi moins ils arrêtent la circulation pour le passage du Président de la République ce qui est tout à fait légal. Certains d’entre nous, nous étions dans les locaux de différents Ministères pour raisons administratives. ( moi personnellement je suis au Ministre des finances) au début les gens étaient un peu éparpillés sous les hangars servant des parkings aux véhicules du Ministère des finances quand les gardes républicaine au service dans ledit ministère nous disaient que les gardes présidentielles leurs avaient dit de nous dire de se retrancher au niveau du bâtiment principal du Ministère des Finances. Ce qui fut fait.

Environ 25 minutes à 30 minutes, une fille étudiante venue déposer sa demande de stage dans le Ministère des Finances au nom de Djamilatou juste se tenant débout à côté de la porte principale par laquelle le ministre des finances passe pour entrer dans son bureau, nous avons entendu un bruit se passant à côté de nous, imaginez de vous mêmes que c’est le sifflement d’une balle, la jeune fille est atteinte d’une balle dans son bras. Alors étant donné qu’au passage du président de la République aucun porteur de tenue ne porte arme en dehors de la garde présidentielle, on peu affirmer sans risque de se tromper que cette balle provient d’un tir de l’un des éléments de la garde présidentielle. Alors je pose la question de savoir pourquoi la garde présidentielle terrorise la population à chaque passage du président de la République? Car si la balle n’était tombée sur bras, cette fille allait trépasser sur place et sans aucune raison valable.
La garde présidentielle sont-ils de hors la loi?

Maintenant le Niger me fait peur car cette balle aurait pu abattre soit le ministre des Finances, son SG ou tout autre cadre du ministère des Finances ainsi que les autres ministres tels que celui des Enseignements Secondaires où celui des Enseignements Supérieurs.

J’en appel aux acteurs de la société civile, défenseurs de droits humains, les acteurs politiques à une mobilisation sans faille enfin que le respect de la vie humaine, de l’intégrité physique des citoyens et tout simplement de la légalité soit une réalité au Niger en Général et aux agents de la garde présidentielle du Niger en particulier. Si on se taisent par la peur et la lâcheté, nous allons tous subir d’un moment à l’autre le même sort. Aujourd’hui il se pourrait que c’est moi que cette balle assassine aurait dû abattre étant donné qu’on étaient au même endroit au moment du fait. Nous avons transféré la fille au service d’urgences de l’hôpital National pour l’extraction de la balle et de là nous l’avons amenée au service radio où il ont effectivement trouvé la balle logée dans le bras au moment où je vous écris, la fille est au service d’urgence pour l’extraction de la balle. J’espère que la Commission Nationale de droit de l’homme ( CNDH) s’engagera dans cette affaire car il y va de son rôle car l’injustice peut conduire un pays à tout.

Je garde espoir aussi que la gendarmerie Nationale jouerait son rôle dans l’identification de l’auteur du tir ainsi que la sanction qu’il mérite sans arrière pensée car l’un de leur agent était avec nous à l’urgence et le service de radio pour nous faciliter la tâche auquel je rend un hommage mérité au passage. J’ose croire aussi que le procureur de la Réplique exercera son rôle de défenseur des opprimés contre leurs oppresseurs en saisissant du dossier pour un meilleur traitement de l’affaire. Il faut que l’auteur de ce tir subisse toute la rigueur de la loi tant sur le plan disciplinaire, pénale et civil.

Voici la photo du bras de la fille dans lequel se trouve la balle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *